Paris: Une éducation à la sexualité pas toujours respectée dans les établissements scolaires

SOCIETE Le groupe des Radicaux de Gauche, Centre et Indépendants dépose ce mardi un vœu au Conseil de Paris, visant à mettre en place une charte relative à l’éducation à la sexualité dans les établissements scolaires de la capitale…

Romain Lescurieux

— 

Illustration d'une rentrée des classes dans une école, ici à Rennes.
Illustration d'une rentrée des classes dans une école, ici à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • Selon plusieurs études, l’éducation sexuelle dans les établissements scolaires n’est pas toujours « respectée ».
  • Certaines associations qui interviennent dans des écoles ont une « approche défensive et moralisatrice de la sexualité imprégnée de forts stéréotypes de sexe ».

Un enseignement à géométrie variable. « Aujourd’hui, des cours ne sont pas dispensés, parfois mal dispensés, sans fil conducteur. Il y a aussi des enseignants qui refusent ou ne font pas de cet enseignement une priorité », déplore Laurence Goldgrab, présidente des Radicaux de Gauche, Centre et Indépendants. Son groupe dépose ce mardi au Conseil de Paris – qui se tient depuis lundi – un vœu visant à mettre en place une charte relative à l’éducation à la sexualité dans les établissements scolaires, qui n’est pas toujours respectée, selon différentes études.

« Une approche défensive et moralisatrice »

Une enquête auprès de 3.000 établissements scolaires – publics et privés – menée par le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) montre que « parmi 12 millions de jeunes scolarisés chaque année, seule une petite minorité bénéficie tout au long de leur scolarité de séances annuelles d’éducation à la sexualité ». Pourtant selon la loi – article L312-16 du Code de l’Éducation –, « une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles ». Et ce, du CP à la terminale.

Cette étude fait également état d’une « approche défensive et moralisatrice de la sexualité imprégnée de forts stéréotypes de sexe » de certaines associations – qui interviennent dans des écoles – pouvant « faire obstacle à l’exercice des droits sexuels, notamment l’avortement », notent les Radicaux. Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, dans un rapport publié en novembre 2017 et intitulé «Droits de l’enfant en 2017 », pointe également des failles sur ces enseignements.

Des thématiques sont « peu abordées », comme les questions de « l’identité, des orientations et discriminations sexuelles », les « stéréotypes de sexe » et le sujet des « violences faites aux femmes » », affirme le Défenseur des droits, qui en fait un sujet de « préoccupation », et appelle l’Éducation nationale, à « mettre l’accent » sur ces sujets.

« Il n’est pas possible de laisser la place au doute »

Si ces différentes études se basent au niveau national, sans focus particulier sur la capitale, le groupe des Radicaux assure avoir de nombreuses remontées de terrain faisant état d’un manque d’enseignement sur ces thématiques, dans les établissements de la capitale. Ils demandent aujourd’hui un « bilan » détaillé de ce qui se fait ou non, dans les établissements publics et privés. Puis, une « charte » sera édictée afin de « poser les bases de bonne pratiques », d’« encadrer » et « prémunir de toutes dérives ».

Selon ce vœu – qui reçoit un avis favorable de l’exécutif –, cette charte sera diffusée à terme, aux chefs d’établissement et aux parents d’élèves. « Le but est d’avoir un suivi sur les contenus enseignés », précise Laurence Goldgrab avant de conclure : « Il n’est pas possible de laisser la place au doute, il faut que tout le monde soit d’accord sur le contenu de l’éducation sexuelle ».