Les motos et scooters sont très vulnérables

SECURITE «20 Minutes» présente en avant-première le bilan des accidents dans la capitale sur la période 2005-2007. Les deux-roues motorisés sont les plus touchés, loin devant les piétons, les cyclistes et les automobilistes...

C. B.

— 

Depuis 2001, le nombre de victimes ayant eu un accident à deux-roues motorisés n'a jamais été aussi élevé. Il était de 4.861 personnes en 2001, contre 5.287 en 2007 après être redescendu en 2003 à 3.987.

Si le nombre de tués est passé de 27 à 14 en 2007, 406 blessés graves ont été recencés, contre 363 l'année précédente. Chiffre considéré comme «inquiétant» par la préfecture de police. L'association des motards en colère relativise ces données et met en parallèle l'augmentation constante - 10% par an environ - du parc des 125 cm3 et des scooters. «Ce n'est pas parce que le parc augmente que la progression de blessés doit être une fatalité», rétorque-t-on à la PP.

Fabrice Vidal, coordinateur de l'association, dénonce les aménagements de voirie qui «mettent les usagers les plus vulnérables» en danger et espère voir arriver à la mairie le «Monsieur Moto» que Bertrand Delanoë a promis dans son programme. De nombreux motards assurent aussi que rouler dans les voies de bus devrait être autorisé. Ce que la préfecture refuse catégoriquement.