Ligne blanche franchie à Denfert-Rochereau

SECURITE «20 Minutes» présente en avant-première le bilan des accidents dans la capitale sur la période 2005-2007. Les deux-roues motorisés sont les plus touchés, loin devant les piétons, les cyclistes et les automobilistes...

C. B.

— 

A l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul (14e), le personnel a l'habitude des accidents sur l'avenue Denfert-Rochereau. Cette section de voie est la deuxième plus dangereuse de la capitale avec 29 accidents recensés entre 2005 et 2007. Et arrivait au premier rang l'an passé. «Beaucoup de deux-roues franchissent la ligne blanche car les voitures freinent en raison du rétrécissement de chaussée», analyse Rémi, un motard.

A l'accueil de l'hôpital, on connaît par coeur l'accident type. Le dernier, spectaculaire, remonte à mai dernier. Un scooter a dépassé par la droite une voiture qui voulait tourner pour entrer à l'hôpital. «Le conducteur du deux-roues a été projeté contre les vitres du poste de sécurité et a été grièvement blessé», raconte l'un des agents qui souhaite rester anonyme.

Mais depuis l'implantation de feux tricolores et d'une signalétique spécifique au sol dessinée en décembre, le personnel affirme qu'aucun accident ne s'est produit. Ces travaux avaient été décidés en 2006 après l'identification des problèmes sur cette section. La voie des bus a également été ouverte aux vélos. Mais rien ne semble encore avoir été fait pour les piétons qui restent en danger en longeant l'entrée de l'hôpital.