«Des caméras pour les endroits difficiles d'accès»

SECURITE «20 Minutes» présente en avant-première le bilan des accidents dans la capitale sur la période 2005-2007. Interview de Roland Maucourant, conseiller en sécurité routière à la préfecture de police...

Recueilli par Carole Bianchi

— 

«20 Minutes» présente en avant-première le bilan des accidents dans la capitale sur la période 2005-2007. Les deux-roues motorisés sont les plus touchés, loin devant les piétons, les cyclistes et les automobilistes... Interview de Roland Maucourant, conseiller en sécurité routière à la préfecture de police...

La vitesse reste la principale cause d'accidents, mais l'aménagement de voirie n'est-il pas un facteur important?

Tout changement d'infrastructure augmente le nombre d'accidents. Et certains axes, comme le boulevard Saint-Marcel ou le boulevard de Magenta, révèlent plus que d'autres les comportements des usagers indisciplinés. C'est pourquoi, en collaboration avec la Mairie, nous avons «sur-signalisé» les nouveaux aménagements urbains dans certains secteurs.

Parmi les moyens de répression, les PV au vol ont augmenté de 1.266%. En quoi cela consiste-t-il exactement?

La loi prévoit qu'un policier puisse constater quelques infractions comme la vitesse ou le non-respect des feux rouges sans avoir à interpeller l'auteur. Le détenteur de la carte grise vient ensuite au commissariat chercher son PV. Le préfet a souhaité mettre l'accent sur ce moyen car il reste encore trop de comportements dangereux sur les routes de Paris. Nous réfléchissons également à un dispositif de caméras pour pouvoir filmer dans des endroits difficiles d'accès, là où les policiers ne peuvent interpeller.

Comment se concrétise l'augmentation de radars mobiles?

L'an passé, nous étions à 48.000 messages d'infraction par mois. En passant de 3 à 5 radars mobiles, nous en comptabilisons 60.000 par mois depuis janvier.