Paris: Des parents s'inquiètent de la qualité des repas servis aux enfants dans les cantines

ALIMENTATION Des parents d’élèves ont créé un collectif qui se mobilise pour l’amélioration de la qualité des cantines du XVIIIe arrondissement de Paris. Pour la mairie, les critiques sont infondées…

Mélanie Costa

— 

Les repas des cantines du XVIIIe arrondissement de Paris
Les repas des cantines du XVIIIe arrondissement de Paris — Le collectif Les enfants du 18e mangent ça
  • Un collectif de parents a lancé une pétition pour l’amélioration des cantines du XVIIIe qui a recueilli plus de 5.900 signatures.
  • 14.000 repas sont servis chaque jour dans les cantines du XVIIIe arrondissement de Paris.

Des enfants qui se plaignent des repas servis à la cantine ? Cela semble habituel. Pourtant, les parents du collectif  Les enfants du 18e mangent ça ont fait le choix de les écouter et d’enquêter sur ce qu’il y avait vraiment dans leurs assiettes. Dans le XVIIIe arrondissement de Paris, la lutte à la mal bouffe scolaire est lancée.

>> A lire aussi : Exit le plastique dans les cantines, l’inox arrive dans les écoles de Strasbourg

Après avoir assisté aux commissions menus et restauration de la caisse des écoles, qui les qualifiaient de « non représentatifs », une quinzaine de parents se sont rendus dans les cantines pour prendre en photos des plats à l'« aspect révoltant ». Leur « enquête de trois mois » les a menés à lancer une pétition, intitulée La santé des enfants du 18ème sacrifiée au profit de l'industrie agroalimentaire ?. Elle a déjà été signée par plus de 5.900 personnes. Au total, une trentaine de parents sont actifs dans le mouvement, pour qu’il puisse s’agrandir. « Les quartiers populaires du XVIIIe arrondissement se mobilisent aussi, rappelle le collectif. Ce n’est pas une question qui intéresse seulement les bobos du quartier, comme ils aiment nous appeler. »

Le cabinet du maire reste « sur ses positions »

La santé des enfants est primordiale et le collectif de parents est inquiet sur la qualité de certains aliments. « Par exemple, des allumettes végétariennes » dont la fiche technique présentait un « agglomérat d’œufs, de sucre, d’amidon et de malodextrine ». Les parents ont donc ciblé plusieurs points qu’il faudrait changer pour que les enfants mangent enfin décemment. La cuisine centrale, d’abord, qu’ils qualifient de « peu adaptée à la conception de 14.000 repas par jour » dans le XVIIIe arrondissement et qui doit être améliorée. Mais aussi, une augmentation de la part du bio, le passage de la liaison froide à la liaison chaude et la fin des barquettes en plastique.

>> A lire aussi : Trois écoliers intoxiqués par des pastilles de Javel

Mercredi, Eric Lejoindre, maire de l’arrondissement, a déjeuné avec quelques parents d’élèves. Le cabinet du maire continue de rester « sur ses positions ». Leur objectif semble pourtant le même que celui du collectif : que les enfants mangent correctement et à leur faim. Mais pour la mairie, « le cahier des charges est exigeant et respecté ». Les menus sont composés à 40 % de produits bios, dont « le pain et le lait qui le sont à chaque fois » précise-t-elle. Elle indique également que « le contrôle qualitatif est fait régulièrement ». La mairie souhaite effectivement que le cahier des charges soit amélioré et devienne de plus en plus exigeant, mais elle précise que le XVIIIe est « en avance sur les plans » prévus pour les cantines de la ville.

Les membres du collectif qui ont pu participer au déjeuner n’étaient cependant pas préparés au « discours politique » et à la « mauvaise foi » du maire, qui se dit « exemplaire ». Ils continuent à vouloir mandater le cahier des charges. Pour eux, l’objectif principal est de « bloquer les produits industriels » et d’augmenter le nombre de produits « labélisés ». Le collectif de parents a donc prévu d’aller voir le maire à nouveau, mais, pour le moment, aucune date n’a été fixée.

>> Et vous vos enfants font beurk devant les repas de la cantine ? Ils adorent ce qu'ils y mangent ? Vous pouvez témoigner en envoyant un e-mail à contribution@20minutes.fr. Vos témoignages feront l’objet d’un article. Merci d’avance.