Ils ont finalement accepté de regagner leurs cellules sans violence. Depuis la fin de matinée, 123 détenus de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, dans l’Essonne, se trouvaient dans la cour de promenade du bâtiment D2. Ils ont rejoint leur cellule en début d’après-midi après l’intervention des forces spéciales (Eiris), a appris 20 Minutes auprès de la direction de l’administration pénitentiaire (DAP). Le retour dans les étages s’est fait sans aucune difficulté ni dégradation.

>> A lire aussi: L'entrée de la prison et les parloirs bloqués à Strasbourg

« Pas de violence »

Cet incident survient en pleine journée d'action des gardiens de prison, mobilisés pour obtenir de meilleures conditions de sécurité. Des sources syndicales précisent que les deux événements seraient liés. Pour protester contre leurs conditions de travail, les surveillants avaient décidé de retarder leur prise de poste. « La promenade a eu lieu à 9h30 au lieu de 9 heures, ce qui a énervé les détenus qui ont décidé de monter un mouvement de protestation. A 11 heures, l’heure théorique de la fin de la promenade, 123 détenus ont refusé de remonter. »