Pécresse confirme une campagne d'alerte contre les «frotteurs» dans les transports

SOCIETE «Contre les frotteurs et les harceleurs des transports en commun, la région lancera une campagne d'alerte pour lever l'omerta», a tweeté Valérie Pécresse...

R.L. avec AFP

— 

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse lance un nouveau mouvement nommé "Libres!" au sein du parti Les Républicains.
La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse lance un nouveau mouvement nommé "Libres!" au sein du parti Les Républicains. — Vincent Loison/SIPA

La présidente LR de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a confirmé jeudi le lancement de la «campagne d'alerte» contre «les frotteurs et les harceleurs des transports en commun», déjà annoncée en mars dernier.

« La sécurité des femmes, ça nous concerne! »

«Contre les frotteurs et les harceleurs des transports en commun, la région lancera une campagne d'alerte pour lever l'omerta», a tweeté Valérie Pécresse, en référence aux hommes qui se collent aux femmes dans les transports en commun.

Elle a ajouté qu'«un numéro dédié tel/sms 31117 et une appli consacrée aux phénomènes de harcèlement» seraient mis en place, estimant que «la sécurité des femmes, ça nous concerne!».

>> Lire aussi. Explosion des appels et SMS pour le centre d’appels d’urgence dans les transports franciliens

Lors de la présentation de son plan pour l'égalité hommes-femmes en mars, elle avait annoncé le lancement de ce système d'alerte pour «mieux quantifier, prévenir et dénoncer le phénomène» de harcèlement.

Selon une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, publiée le 20 décembre, au moins 267.000 personnes, «essentiellement des femmes», ont été victimes d'atteintes sexuelles en 2014 et 2015 dans les transports en commun, une estimation qu'il qualifiait de «basse».

«Près de 160.000 personnes ont subi des gestes déplacés (notamment des baisers forcés ou des caresses), plus de 110.000 ont subi des exhibitions et plus de 16.000 ont subi d'autres actes tels que des attouchements sexuels, des rapports sexuels ou tentatives de rapports sexuels non désirés», assurait l'observatoire dans cette étude.