Poubelle dans la rue, mégots, urine... La «brigade des incivilités» au complet pour rendre Paris propre

PROPRETE Désormais, la « brigade des incivilités » de Paris est forte de 3.300 agents, au 1er janvier, son effectif a augmenté de 253 %…

Floréal Hernandez

— 

Un agent de la «brigade des incivilités» de la Ville de Paris. (Illustration)
Un agent de la «brigade des incivilités» de la Ville de Paris. (Illustration) — Tristan Reynaud/SIPA
  • En 2017, plus de 100.000 PV ont été dressés à Paris pour un mégot jeté dans la rue, une poubelle laissée sur un trottoir…
  • Au 1er janvier, quelque 1.900 agents autrefois personnels de la préfecture de police de Paris et chargés de faire respecter le paiement des parcmètres ont intégré le personnel de la ville de Paris.

En 2017, les amendes infligées aux indélicats pour un jet de mégot, un pipi sur un pan de mur, l’abandon d’une poubelle sur le trottoir ont doublé à Paris. Un 100.000e PV a été dressé début décembre. Cette année, le nombre de PV donnés pourrait croître de manière exponentielle car depuis le 1er janvier, la  «brigade des incivilités» est au complet avec quelque 3.300 agents, contre 1.300 jusqu’à présent.

>> A lire aussi : Propreté, incivilités... Le plan de bataille d'Anne Hidalgo pour gagner les prochaines municipales

Mégot jeté, sac-poubelle abandonné ou urine sur un mur = 68 euros d’amende

Anne Hidalgo, la maire de Paris, a reçu à l’Hôtel de Ville, ce mardi, les quelque 1.900 agents autrefois personnels de la préfecture de police de Paris qui, à la faveur de la réforme du statut de Paris votée en février 2017, ont intégré le personnel municipal au 1er janvier. Autrefois chargés de faire respecter le paiement des parcmètres, désormais confié à des entreprises privées, les nouveaux agents vont traquer « toutes les formes d’incivilité contre lesquelles nous devons lutter », a affirmé l’édile lors d’une cérémonie de bienvenue.

Ces « ambassadeurs du vivre-ensemble », dont la mission est d'« améliorer la vie des habitants » selon Anne Hidalgo, rejoignent les 1.300 agents parisiens déjà chargés de missions de lutte contre l’insalubrité, le stationnement gênant et les troubles à la tranquillité. Dans la capitale française où la question de la propreté est un défi quotidien, ils devront particulièrement veiller à lutter contre les indélicats qui salissent la ville.

>> A lire aussi: La brigade anti-incivilités entre en scène dans le XXe arrondissement

« La sanction fait partie de la pédagogie », a indiqué la maire de Paris. Car jeter un mégot par terre, uriner sur un coin de mur, abandonner un sac-poubelle sur le trottoir est passible d’une amende de 68 euros, voire jusqu’à 1.500 euros pour une entreprise qui se débarrasse de ses gravats sur la voie publique.

Des agents issus de plusieurs directions de la Ville de Paris

Selon des chiffres de la Ville, entre janvier et novembre, 39.482 amendes, soit +207 % par rapport à 2016, ont été infligées pour dépôts sur la voie publique, 21.784 soit + 1.216 % pour jets de mégots et 4.963 soit +160 % pour épanchements d’urine.

>> A lire aussi: A l'école de la propreté, ils apprennent à manier le balai comme jamais

Les agents de cette « brigade des incivilités », dont le nom est symbolique, sont en fait administrativement répartis dans plusieurs directions de la Ville, principalement la direction de la prévention, de la sécurité et de la protection de la Mairie de Paris (DPSP).