«On se croirait dans Fort Boyard», Escape Kid, le premier escape game parisien pour les enfants

LOISIRS Retrouver la liste de cadeau du père Noël ou le chat de la mère Michel, tels sont les missions que devront relever les enfants dans Escape Kid…

Camille Obry

— 

Avant de se lancer dans la mission, Amadéo, Sinclair, Kévin, Kerrian et Meven écoutent attentivement le maître du jeu
Avant de se lancer dans la mission, Amadéo, Sinclair, Kévin, Kerrian et Meven écoutent attentivement le maître du jeu — C.O
  • En une heure, un groupe de trois à six enfants doit résoudre les deux missions d’Escape Kid.
  • Les parents sèchent sur quelques énigmes, mais pas les enfants.

Des énigmes à résoudre en famille. C’est le but d’Escape Kid, le premier escape game pour enfants de Paris, qui a ouvert ses portes mi-novembre dans le XVIIe arrondissement. « C’est la thématique qui est enfantine, les énigmes restent assez dures », explique Philippe Roquyranc’h, un des deux créateurs de l'Escape Kid*, qui s’adresse aux enfants dès 6 ans.

Et effectivement, quand les enfants s’apprêtent à rentrer chez le père Lustucru pour retrouver le chat de la mère Michel, le premier obstacle se présente : comment rentrer chez ce monsieur ? Code, cadenas, clefs ? Au bout de deux minutes, Amadéo, Sinclair, Kévin, Meven et Kerrian, tous âgés de 10 à 11 ans, et Vanessa, la maman de ce dernier, réussissent enfin à rentrer dans l’appartement de Lustucru. « On dirait qu’on est dans Fort Boyard », lance Sinclair, 10 ans.

>> A lire aussi: Le PSG lance son «escape game» pour le grand public dans les entrailles du Parc des Princes

« Lustucru est un cuisinier qui travaille dans un kebab »

Quand on rentre, le petit appartement, chez le père Lustucru, ne laisse rien présager de mauvais. Tout est en ordre, chaque chose à sa place. Un appartement des plus banal en somme. Mais il faut se méfier des apparences. Pendant 50 minutes, la petite troupe fouille tout, dans une ambiance joviale, si ce n’est bruyante. Chacun crie dès qu’il pense avoir trouvé un indice ou une nouvelle énigme à résoudre. Des « regardez ce que j’ai trouvé », « je crois que j’ai compris le truc » jaillissent des quatre coins de l’appartement. Rapidement, Sinclair s’impose en chef et réunit tous les indices trouvés. Les théories vont bon train. « Je sais, c’est un cuisinier qui travaille dans un kebab », tente Amadéo, 11 ans.

Faire appel à son sens olfactif, résoudre un calcul, trouver une suite logique de symboles… les énigmes sont très ludiques et adaptées au public visé. « Certaines sont quand même dures », souligne Vanessa, la maman de Kerrian, 11 ans, qui accompagne les enfants. Sur quelques énigmes, la maman sèche et est même surprise que les enfants parviennent à toutes les résoudre. Mais en cas de difficulté, le maître du jeu, qui les surveille par une caméra, leur donne des indices supplémentaires.

>> A lire aussi: On a participé « Mutations », le premier escape-game mêlant réalité virtuelle et théâtre immersif

Dix minutes avant la fin du temps imparti, un cri de joie résonne dans la pièce. Les cinq enfants ont résolu la mystérieuse disparition du chat de la mère Michel. « C’est un score plutôt pas mal », remarque Philippe Roquyranc’h. A la fin de cette heure de jeu et de réflexion, le petit groupe a le droit à une photo souvenir.

Un bilan positif

Après l’effort, le réconfort. L’équipe se retrouve dans une petite salle où ils peuvent grignoter des clémentines et se désaltérer. C’est le moment du débriefe. Quand on leur demande s’ils voudraient participer à un autre escape game, la réponse est unanime. « On est prêt à en refaire un », lance Kerrian. Cette sortie aura permis aux enfants de se défouler.

A peine deux mois après l’ouverture de l’Escape Kid, de nouveaux projets sont en réflexion. « Pour l’instant on garde ces thématiques, mais on a plein d’idées. On veut d’abord faire évoluer les énigmes », explique Philippe Roquyranc’h. A long terme, lui et sa sœur, Mylène Roquyranc’h, espèrent ouvrir un escape game plus grand, avec plus de pièces, en banlieue parisienne.

*Du mardi au dimanche de 10 heures à 20 heures, 5 bis rue Emile-Allez 75017 Paris. Téléphone : 01 45 78 98 49