Drôle de champignon de Paris... Une truffe sauvage découverte sur un toit végétalisé

INSOLITE il s’agit d’une Tuber brumale, espèce comestible qui pousse plus couramment dans les mêmes régions que la truffe du Périgord…

R.L.

— 

La truffe noire du Périgord représente 95 % de la production en Dordogne
La truffe noire du Périgord représente 95 % de la production en Dordogne — FRANCES M. ROBERTS/NEWSCOM/SIPA

Une première. Le 30 novembre, un chercheur en écologie urbaine au Centre d’écologie et des sciences de la conservation a découvert une truffe sauvage sur le toit de l’hôtel Mercure Paris Centre Tour Eiffel, dans le XVe arrondissement. Ce champignon se trouvait en effet au pied d’un charme, planté sur la terrasse végétalisée de cet établissement, note BFM Paris. Une découverte inédite.

Tuber brumale

Afin d’identifier ce produit, ce chercheur en écologie urbaine et cofondateur de Topager, a contacté les spécialistes de ce champignon à l’Institut de systématique, évolution et biodiversité. Verdict : il s’agit d’une Tuber brumale, espèce comestible qui pousse plus couramment dans les mêmes régions que la truffe noire du Périgord et dans les mêmes sols secs et calcaires.

« Cette découverte souligne la méconnaissance actuelle des écosystèmes urbains et soulève plusieurs questions » indique le Muséum national d’histoire naturelle dans un communiqué. « Quelles sont les conditions micro-climatiques particulières qui lui ont permis de se développer, au pied même de la tour Eiffel ? Est-ce un bon indicateur de la santé environnementale de l’écosystème parisien ? »

>> A lire aussi: Les toits de la capitale inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO, c'est pour bientôt?

« Les toitures végétalisées représentent des écosystèmes à fort potentiel pour la biodiversité urbaine. Outre leurs diverses fonctions déjà connues telles que la rétention d’eau et la climatisation naturelle, elles constituent un support de la biodiversité, en plus d’une fonction de production alimentaire en milieu urbain », souligne le Muséum.