Paris: Le musée Art Ludique dans le XIIIe arrondissement toujours en sursis

IMPAYES Sous le coup d’une expulsion décidée par le tribunal de grande instance de Paris, le musée Art Ludique dans le XIIIe arrondissement, tente de tenir le choc… 

Romain Lescurieux

— 

La Cité de la Mode et du Design en 2017
La Cité de la Mode et du Design en 2017 — AFP

Le 7 janvier prochain, tout pourrait définitivement s’arrêter pour le musée Art Ludique. Le 29 novembre dernier, le tribunal de grande instance de Paris a en effet tranché en faveur de l’expulsion de cette structure - faisant la part belle aux films d’animation et jeux vidéo - située depuis quatre ans dans l’enceinte de la Cité de la Mode et du Design (XIIIe arrondissement).

En cause : Plus de 600.000 euros d’arriérés de loyer. Son cofondateur, Jean-Jacques Launier - qui a fait appel de cette décision - continue de dénoncer une situation « paradoxale ».

« Totalement isolé dans une Cité vide »

« Nous nous sommes installés en 2013 dans cette Cité qui se cherchait et pour qui nous étions un moteur. Aujourd’hui, ses dirigeants nous attaquent. C’est un comble », déplore auprès de 20 Minutes, Jean-Jacques Launier qui a monté ce musée privé sans subvention, avec sa femme, Diane. Car en quelques années, les difficultés se seraient accentuées dans ce complexe aux accents futuristes.

De 580.000 visiteurs, entre fin 2013 et début 2015, Art Ludique a en effet vu sa fréquentation et ses revenus drastiquement diminués avec un peu moins de 350.000 visiteurs en deux ans et demi entre mars 2015 et juin 2017. Selon Jean-Jacques Launier, les attentats de Paris et l’installation d’un camp de migrants aux portes de la Cité ont mis « un coup de frein sec et instantané au trafic de visiteurs ». « Les restaurants et magasins de la Cité ferment les uns après les autres et le musée Art Ludique se retrouve alors totalement isolé dans une Cité vide ». Art Ludique – qui emploie treize salariés - se tourne alors vers son bailleur, la direction de la Cité, anciennement Paris Docks en Seine, filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations.

Une centaine de migrants sont installés depuis plusieurs mois sous la Cité de la mode
Une centaine de migrants sont installés depuis plusieurs mois sous la Cité de la mode - SIPA PRESS

« Une rupture brutale du dialogue »

« A l’époque, nous étions étranglés et les dirigeants ont proposé le principe de révision du loyer minimum garanti allant jusqu’à suspendre les facturations de loyers jusqu’à ce qu’un nouvel accord soit trouvé », décortique Jean-Jacques Launier qui assure avoir les écrits d’un tel accord. Mais un changement de direction « conduit à une rupture brutale du dialogue », selon lui. En juin 2017, le nouveau dirigeant ordonne un commandement à payer les arriérés de loyer et de charges. « Mais le fond n’a pas été jugé et nous voilà expulsés », dit-il.

Aujourd’hui, des discussions sont notamment engagées avec la mairie de Paris et le ministère de la Culture pour trouver une sortie de crise. « Nous espérons être soutenus. S’il y a une vraie lucidité, les choses vont pouvoir se réguler raisonnablement. Et pourquoi pas tisser un partenariat public-privé », note Jean-Jacques Launier, qui rappelle que le 7 janvier prochain est le dernier jour de l’exposition sur L’Art de DC - L’Aube des Super-Héros. Et l’ultime clap de fin, pour le moment. « C’est impossible pour nous de recréer une expo derrière », déplore-t-il.