Soupçon d’emploi fictif d’Anne Hidalgo: Son ancien chef prend sa défense

POLITIQUE Fin octobre, « Capital » a accusé la maire de Paris d’avoir occupé un emploi fictif pendant une année au début des années 2000. Son ancien supérieur a adressé un courrier à son avocat où il prend sa défense…

Floreal Hernandez
— 
La maire de Paris Anne Hidalgo. (Illustration)
La maire de Paris Anne Hidalgo. (Illustration) — SIPA

« Jusqu’à son élection en mars 2001 et sa nomination comme première adjointe du maire de Paris, Anne Hidalgo a exercé sa mission à plein-temps. » Cette phrase est extraite d’une lettre adressée à l’avocat de la maire de Paris par son ancien supérieur, courrier que L’Obs a consulté. Une déclaration qui contredit l’article de Capital paru fin octobre où la maire de Paris était accusée d’avoir occupé un emploi fictif entre son poste d’inspectrice du Travail rattachée au cabinet de la ministre de la Justice et celui d’élue.

« Son engagement est resté entier »

Après l’article de Capital ou celui du Canard Enchaîné, il est apparu à Christophe Devys, ancien directeur à la Chancellerie, « d’apporter des précisions » sur le travail d' Anne Hidalgo à l’époque. Parmi celles-ci, il explique : « Malgré son entrée en campagne électorale pour les élections municipales à Paris, son engagement est resté entier. »

Aujourd’hui directeur général de l’Agence régional de santé d’Ile-de-France, Christophe Devys poursuit : « A sa désignation comme première adjointe du maire de Paris en mars 2001, nous sommes convenus, avec Anne Hidalgo, qu’elle continuerait à exercer ses fonctions au cabinet, mais à un rythme allégé. De fait, sa prime de cabinet a été réduite et elle a demandé au ministère du Travail de passer à mi-temps. »

La Mairie de Paris a annoncé à 20 Minutes jeudi dernier qu’Anne Hidalgo avait porté plainte pour diffamation deux jours avant suite aux accusations d’emploi fictif.