Marielle de Sarnez se rapproche de Bertrand Delanoë

MUNICIPALES La candidate du MoDem en meeting ce mardi soir...

Avec agence

— 

Crédité de 11% d'intentions de vote à Paris dans le dernier sondage, deux fois plus que les Verts, le Mouvement démocrate (MoDem) refuse de s'enfermer dans un partenariat avant le premier tour mais semble de plus en plus "Delanoë-compatible".
Crédité de 11% d'intentions de vote à Paris dans le dernier sondage, deux fois plus que les Verts, le Mouvement démocrate (MoDem) refuse de s'enfermer dans un partenariat avant le premier tour mais semble de plus en plus "Delanoë-compatible". — Jean Ayissi AFP
Crédité de 11% d'intentions de vote à Paris dans le dernier sondage, deux fois plus que les Verts, le Mouvement démocrate (MoDem) refuse de s'enfermer dans un partenariat avant le premier tour mais semble de plus en plus «Delanoë-compatible».

La chef de file du MoDem dans la capitale, Marielle de Sarnez, tient ce mardi soir à la Mutualité une réunion publique en présence de François Bayrou, qui avait récolté 20,73% à Paris au premier tour de la présidentielle, deux points de plus que son score national.

>> A venir, le reportage de notre journaliste sur place

Dans un entretien à «Libération» ce mardi, Marielle de Sarnez ne désigne pas nommément le partenaire idéal du MoDem, mais marque toutefois une préférence. «Bertrand Delanoë a mieux saisi que ceux qui l'ont précédé la mutation de la ville», dit-elle, tout en soulignant que «bien des insuffisances subsistent, l'état des transports publics, le manque de logements intermédiaires ou la situation des classes moyennes».

A propos de la candidate UMP Françoise de Panafieu, elle regrette que sa campagne «porte davantage sur les anathèmes, les débauchages que sur le projet» et juge l'attitude de son équipe «très fermée». «La ville a changé, sa sociologie a évolué. La droite parisienne aurait pu, et aurait dû, comprendre qu'elle devait bouger», souligne-t-elle.

Alliance avec le MoDem rejetée par les Verts

Reste à savoir si Bertrand Delanoë, à qui l'on prête des ambitions nationales, se risquera à une alliance avec le MoDem au deuxième tour, rejetée par ses alliés traditionnels Verts à Paris et contestée par une partie du PS.

«Il paraît difficile pour lui de se passer des Verts, des communistes, du PRG et des chevènementistes. Or ils ont bien dit qu'ils ne veulent pas aller avec le MoDem», soulignait ce mardi Françoise de Panafieu, continuant à mettre en avant des «convergences» entre son projet et celui du MoDem.