Molitor replonge dans le grand bain

Sophie Caillat - ©2008 20 minutes

— 

Cela fait presque vingt ans que la piscine Molitor (16e) est fermée. De ce joyau de l'architecture balnéaire des années 1930 on n'aperçoit plus que le plan d'ensemble. Bassin et cabines ont été rongés par le temps et le chlore. On peine à imaginer qu'il y a eu ici jusqu'à 3 000 baigneurs par jour. Ce sera peut-être de nouveau le cas, puisque la Ville prévoit de faire renaître un équipement balnéaire unique en France. Elle a lancé un appel d'offres auquel trois équipes investisseur-promoteur-architecte doivent répondre d'ici à juin.

Jean-Paul Philippon, l'architecte auteur des études, a conclu que, hormis la rotonde extérieure, le restaurant et quelques vitraux, tout devra être détruit et reproduit à l'identique. « Il n'y a qu'en France qu'un bâtiment classé est laissé à l'abandon pendant vingt ans », regrette Frédéric Maynier président de l'association SOS piscine Molitor, qui s'est battu contre la destruction envisagée dans les années 1990. Le nouvel ensemble devra à la fois accueillir un bassin pour les scolaires en sous-sol et un « parcours balnéaire » avec une piscine extérieure, ouverte toute l'année, et un bassin intérieur de type thermal. Pour assurer à l'investisseur la rentabilité du lieu, un centre de fitness et de remise en forme, un spa, 30 chambres pour les sportifs et des salles de réunion et de bridge sont prévus. Un chantier estimé à 80 millions d'euros. Mais la Ville n'aura rien à financer : par un bail emphytéotique, le concessionnaire aura quatre-vingt-dix-neuf ans pour rentabiliser cet équipement.