Bouches à incendies forcées à Asnières: Les familles assurent ne pas pouvoir payer l'amende

INCIVILITÉS La mairie réclame 9.000 euros aux parents des adolescents mis en cause cet été...

Julie Bossart

— 

Forcer les bouches à incendie n'est pas sans conséquences.
Forcer les bouches à incendie n'est pas sans conséquences. — L.EMMANUEL

Ils assurent que leurs parents n’ont pas les moyens de régler l’amende. Et que, même si eux-mêmes le pouvaient, ils ne la solderaient pas. Ce lundi, dans les colonnes du Parisien, deux des trois adolescents qui se sont fait pincer par la mairie d’Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) pour avoir forcé des bouches à incendie lors des épisodes caniculaires des mois de mai et juin, assurent que leurs familles sont dans l’incapacité de payer les 9.000 euros que la municipalité leur réclame depuis mi-août. « Il faudrait 32 ans à mes parents pour payer », calcule ainsi l’un d’eux. « Mon mari touche une toute petite retraite, moi, je suis au chômage », confirme pour sa part une maman, qui estime que « la mairie nous enfonce ».

>> A lire aussi : Les ouvertures sauvages de bouches d'incendie chauffent les élus et les pompiers

«Choisis au hasard»

Les faits remontent au 27 mai, au 20 et 21 juin. Agés de 16 ans pour le plus jeune et de 17 ans pour les deux autres, les adolescents ont été surpris par les policiers municipaux en train d'ouvrir des bouches à incendie afin de « se rafraîchir ». Ce qu'ils nient. Selon eux, ils étaient présent sur les lieux mais n'ont pas participé au méfait. Ils assurent dans les colonnes du Parisien avoir été « choisis au hasard ». La mairie assure pourtant qu'ils ont été formellement identifiés grâce aux caméras de vidéosurveillance.

Un échelonnement des paiements avait été proposé

La somme réclamée aux adolescents, a fortiori à leurs familles, a été calculée à partir d’une estimation du gâchis d’eau liée à l’ouverture des bouches, soit environ 2.000 m3 (environ l’équivalent d’une piscine). « Le débit d’eau perdu est monstrueux », assurait la mairie au moment de l'envoi de l'amende. Sans compter le risque représenté si la bouche est inaccessible en cas d’incendie.