VIDEO. Paris: Plus connecté, plus pratique, mais pas vraiment plus léger... Le vélib' au banc d'essai

TRANSPORTS La nouvelle version du vélib' signée Smoovengo a été présentée ce mercredi matin...  

Antoine Irrien

— 

Les nouveaux vélib' de Smoovengo ont été présentés ce matin aux abords du bassin de La Villette.
Les nouveaux vélib' de Smoovengo ont été présentés ce matin aux abords du bassin de La Villette. — Antoine Irrien
  • Le marché des Vélib' a été attribué au groupement montpelliérain Smoovengo.
  • Depuis le début du mois d’octobre et jusqu’à mars 2018, les stations actuelles sont démontées progressivement.
  • La nouvelle flotte sera composée à 30 % de vélos à assistance électrique (VAE).

« Le vélib' métropolitain. » Voilà comment la maire de Paris, Anne Hidalgo, a surnommé ce mercredi, lors d’une conférence de presse, le nouveau modèle de vélo partagé. « Le vélib' ne sera plus uniquement le vélo des Parisiens, il sera celui de tous les habitants de la Métropole du Grand Paris », a assuré l’élue. Conçu par l’entreprise montpelliéraine Smoovengo, il fera son apparition à partir du 1er janvier 2018.

Il sera désormais implanté dans soixante-huit communes d’Ile-de-France. Une quarantaine de villes, qui ne disposaient de stations, ont été ou sont sur le point d’être équipées de bornes. Vitry-sur-Seine, Colombes ou encore Gennevilliers vont ainsi être rattachées au service qui touchera bientôt 7,5 millions d’habitants. Les fonctionnalités ont également été repensées.

>> A lire aussi : Paris: Le Vélib’ électrique intéresse 60 villes autour de la capitale

Un vélib (légèrement) plus léger

Le nouveau modèle est « plus léger, plus solide, avec un design moderne et coloré », assure Jorge Azevedo, de Smoovengo. Mais n’imaginez pas non plus un vélo de course. Le vélib' 2 pèse 21 kg pour le modèle mécanique contre 22 pour l’ancien. L’électrique pèse 25 kg.

Un vélib intelligent

La principale révolution n’est pas tant dans le design - désormais le vélibs' sont bleus pour l’électrique et verts pour le mécanique - que dans les nouveaux gadgets. Les guidons sont dotés d’une « Vbox », un boîtier électrique qui permet de décrocher ou raccrocher le vélo sur une borne, le verrouille et transmet des informations au système. L’abonné peut ensuite se connecter à son smartphone pour connaître le temps de location, la distance parcourue, etc.

>> A lire aussi : Paris: Connecté, électrique, plus léger... A quoi va ressembler le futur Vélib’?

Un vélib plus pratique

La grande nouveauté, c’est surtout ce câble qui permet d’accrocher le vélo pour un arrêt minute mais aussi - et surtout - de le rendre en le reliant à une autre bicyclette si une station est pleine. Fini le tour du quartier pendant trois heures à la recherche d’une place !

Vers du tout électrique ?

Qui dit nouvelle flotte dit vélos électriques. « 30 % des vélos seront équipés d’une assistance électrique, insiste Catherine-Baratti Elbaz, présidente du syndicat mixte Autolib' et Vélib' Métropole. Le but est de remplacer progressivement une grande part de vélos mécaniques en vélos électriques. » Ces vélos ont 50 kilomètres d’autonomie et peuvent aller jusqu’à 25 km/heure.

Et ça coûte combien ?

« La nouvelle grille tarifaire sera annoncée mi-novembre », a indiqué Catherine-Baratti Elbaz. Seule certitude : la première demi-heure sera toujours gratuite. Les abonnements déjà engagés iront jusqu’à leur terme, sans surcoût, précise la mairie sur son site Internet. Pas de changement du côté du Pass Navigo qui fonctionnera sur les nouveaux vélibs.

>> A lire aussi : Paris: On fait quoi des 20.000 vélos et 1.200 stations Vélib’ de JCDecaux?

Les travaux de réaménagement des stations ont déjà commencé. La moitié des bornes sera mise en service dès le 1er janvier 2018, les autres seront progressivement activées d’ici fin mars 2018. « Pendant ces six mois de travaux, nous ferons tout pour assurer 50 % du service au minimum », assure Catherine-Baratti Elbaz.

>> A lire aussi : Paris: La fin d'une époque... 80 stations Vélib' ont déjà fermé