VIDEO. Has been le roller à Paris? Pas du tout, une série de Walt Disney relance ses ventes

Transports Véritable star des années 1990, le patin à roulettes est considéré aujourd’hui comme vieille école. Pourtant sa pratique évolue et il connaît un coup de jeune surprenant…

Antoine Irrien
— 
Nike Vandal Roller Skate, Made in Korea, 1986
Nike Vandal Roller Skate, Made in Korea, 1986 — Samia Belbachir
  • Aujourd’hui, le roller est moins présent dans les rues de Paris, mais il n’a pas dit son dernier mot.
  • Dimanche a eu lieu la première édition du Paris Rollers Marathon. Une course de 42 km avec arrivée et départ à la tour Eiffel qui a attiré 2.800 riders.

Après Alain Juppé, c’est Walt Disney qui relance les ventes de patins à roulettes à Paris ! Dans les années 1990, le patin vivait son âge d’or et la paralysie pendant trois semaines des transports contre la réforme de la Sécurité sociale d’Alain Juppé a été son climax. Nous étions en 1995 et « le nombre de paires vendues à cette période a avoisiné les deux millions d’unités contre quelques dizaines de milliers au début de la décennie », rapporte le site internet L’actualité du roller.

La première édition du Paris Roller Marathon

Dans le magasin NomadeShop, à Paris (4e), « l’affluence était tellement forte que j’ai été obligé d’embaucher jusqu’à sept personnes. La queue allait jusqu’à l’entrée de la boutique », explique Olivier Husson, qui a fondé l’enseigne il y a vingt ans.

Aujourd’hui, le patin à roulettes a un peu déserté les rues de la capitale, laissant surtout la place aux vélos, mais aussi récemment aux trottinettes. On pourrait ainsi penser que le roller est désormais has been… Pourtant, dimanche, ils étaient 2.800 riders dans les rues de Paris pour participer à la première édition du Paris Roller Marathon, une course composée de deux boucles de 21 km à faire seul ou à deux en relais.

Soy Luna offre une seconde vie aux rollers

En roller quad (le fameux à quatre roues), inline, enduro, fitness, urban freeskate… tous ont suivi un parcours partant et arrivant à la tour Eiffel, et passant par Le Louvre, Notre-Dame, ou encore les quais de Seine. Preuve que le roller n’est pas mort, et qu’il connaît même un coup de jeune étonnant.



Après le film Bliss réalisé en 2009 par l’actrice Drew Barrymore et qui nous plongeait dans le monde sauvage et féminin du roller derby, c’est aujourd’hui une série télé de Walt Disney qui relance ses ventes de rollers à Paris.

« Grâce Soy Luna, il y a eu un véritable effet de boom, et pas seulement chez les enfants », se réjouit le gérant de Nomadeshop.  La série argentine raconte l’histoire d’une jeune fille de 16 ans passionnée de patin à roulettes et vivant à Cancún, au Mexique.



Si le roller quad a encore des adeptes et séduit avec son look vintage. Olivier Husson « constate une reprise des ventes, mais plus du côté des rollers en ligne. Ils sont en réalité les engins les plus stables, et donc conseillés aux débutants. »

Le roller comme moyen de transport ?

S’ils se font plus rares aujourd’hui sur les trottoirs de Paris, les patins à roulettes possèdent toutefois beaucoup plus d’avantages pour une mobilité douce. « Pas encombrant, pas de vol, pas de rechargement électrique à effectuer, être un "rider" dans une grande ville peut devenir très intéressant afin de se déplacer quotidiennement », explique ainsi le patron de NomadeShop.

La Ville de Paris voit les choses du même œil. Reste que le roller (comme la trottinette ou le skate) est sujet à une réglementation « assez spéciale qu’il ne faut pas négliger », selon le cabinet de Christophe Najdovski, chargé des transports à la mairie de Paris. « La vitesse des skates, des trottinettes, et des rollers ne doit pas dépasser les 6 km/h, et tous doivent circuler impérativement sur les trottoirs ». Car  dans la loi, les riders possèdent le statut de piéton.