Bombe artisanale à Paris: Fiché S, suivi «rapproché»... L’inquiétant profil du principal suspect

TERRORISME Six personnes ont été placées en garde à vue, parmi lesquelles deux fichés « S »…

Caroline Politi

— 

La rue Chanez, où ont été découvertes les bonbonnes
La rue Chanez, où ont été découvertes les bonbonnes — Google Street View
  • Dans la nuit de vendredi à samedi, une bombe artisanale a été découverte, rue  Chanez, dans le 16e arrondissement de Paris.
  • Pour l’heure, aucune cible n’a été identifiée.
  • Un des interpellés a fait l’objet d’une étroite surveillance.

Cinq jours après la découverte d’une bombe artisanale dans le très chic 16e arrondissement de Paris, le mystère demeure. Pourquoi quatre bonbonnes de gaz, un dispositif de mise à feu à distance et de l’essence ont été disposés, dans la nuit de vendredi à samedi, dans le hall de cet immeuble de quatre étages ?  Aucune personnalité sensible n’y réside.

>> A lire aussi : «Cette nouvelle loi antiterroriste s’adapte à l’évolution de la menace», estime Gérard Collomb

Cible choisie « au hasard » pour semer la terreur ? Une personne, pour l’instant non identifiée, était-elle visée ? Voire une « erreur » ? L’hypothèse de l'homonyme d’un journaliste, particulièrement véhément contre l’islamisation, a été avancée. « Aucune piste n’est privilégiée. A ce stade de l’enquête, on ne veut – on ne peut – fermer aucune porte », confie à 20 Minutes une source proche du dossier.

Emprunte digitale

La découverte d’une emprunte digitale sur une des bonbonnes a permis d’identifier rapidement un suspect, Aymen B., interpellé lundi à Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne. Quatre autres personnes, appartenant à son entourage, ont été arrêtées le même jour à Draveil (Essonne), Arpajon (Essonne) et Villejuif (Val-de-Marne). Une sixième personne, une femme de 24 ans, faisant également partie de son entourage a été interpellée mercredi.

>> A lire aussi: Bombe artisanale à Paris, une sixième personne placée en garde à vue 

Si les gardes à vue se poursuivent ce jeudi – elles peuvent durer jusqu’à 96 heures en matière de terrorisme, donc jusqu’à vendredi –, le profil d’Aymen B. interpelle particulièrement. Ce père de famille, à la tête depuis 2014 d’une entreprise de VTC, était fiché « S » et inscrit au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

Il a fait l’objet récemment d’une « surveillance particulièrement étroite », a-t-on appris de source proche du dossier, confirmant une information du Parisien. « Nous avons eu un faisceau d’éléments qui nous a poussés à mettre en place une surveillance particulièrement suivie à son égard. » Selon le quotidien, il aurait été soupçonné de chercher à se procurer une Kalachnikov. Aucun élément n’avait permis de confirmer ces soupçons, la surveillance avait été allégée. Parmi les cinq autres personnes placées en garde à vue, un deuxième homme fait l’objet d’une fiche « S ».

La bombe aurait été activée à distance

Le jour de sa découverte, la bombe artisanale avait été jugée comme « parfaitement fonctionnelle » par les enquêteurs. Néanmoins, les premières investigations ont montré qu’elle aurait été activée sans exploser, a appris 20 Minutes. C’est un habitant de l’immeuble, intrigué par les va-et-vient dans le bâtiment à une heure si tardive et les odeurs d’hydrocarbure qui a prévenu les forces de l’ordre, peu après 4 h 30 du matin.

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance notamment pour « tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste ». Les investigations ont été confiées à la section antiterroriste de la brigade criminelle de la préfecture de police de Paris (SAT) et à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).