Paris: Catégories, critères... Le label «Fabriqué à Paris» prend forme

SOCIETE Un projet de délibération de l’exécutif municipal sur le label « Fabriqué à Paris » sera examiné au Conseil de Paris, qui se déroule à partir de ce lundi...

Romain Lescurieux

— 

Un apiculteur récolte du miel à Paris le 9 septembre 2014
Un apiculteur récolte du miel à Paris le 9 septembre 2014 — Eric Feferberg AFP

Made in Paname. La mairie poursuit sa volonté de mettre en œuvre un label « Fabrique à Paris » afin de « valoriser les plus beaux produits fabriqués à Paris et prouver que la fabrication parisienne est dynamique et a su adapter ses savoir-faire aux mutations de la société et à l’évolution des procédés de fabrication », lit-on dans le projet de délibération. Celle-ci devrait être entérinée au Conseil de Paris, qui se déroule à partir de ce lundi.

« Un gage de qualité »

« Cela nous tient à cœur. D’un côté, c’est un processus qui permettra de labelliser les fabricants, artisans, ouvriers et PME, et de l’autre, cela permettra aux consommateurs d’avoir une visibilité et une traçabilité. Ce sera un gage de qualité », explique Nicolas Bonnet-Ouladj, président du groupe communistes-Front de Gauche au Conseil de Paris, et porteur de ce projet.

Ainsi, un jury composé de représentants de la Ville de paris et « personnalités qualifiés » labellisera chaque année des produits à la suite d’un appel à candidature. Et ce, dans trois catégories « représentatives de la diversité de la fabrication parisienne » : Artisanat alimentaire, activités de production (cordier, luthier etc) et artisanat d’art et création. A noter quele groupe UDI-MoDem compte déposer un amendement pour demander qu’« au moins un représentant par groupe politique du Conseil de Paris » intègre ce jury.

Par ailleurs, dans le cadre de l’attribution du label, ce jury remettra également une série de prix afin de distinguer, parmi les produits labellisés, ceux qu’il jugera particulièrement « qualitatifs » et « représentatifs » dans chaque catégorie. Celui arrivant en première position se verra récompensé d’une dotation de 2.000 euros. Les résultats de la première promotion devraient être connus en décembre. « Ce prix est autant un moyen de valoriser le fruit d’un travail que d’accompagner le développement d’une entreprise », note la mairie de Paris. Tant les produits confectionnés dans les rues de la capitale fleurissent.

« Une énergie et l’envie de se réapproprier la ville »

Miel, vin, fromage, bière, vêtements… on ne compte plus les productions parisiennes et cela fonctionne de plus en plus auprès des touristes et surtout des Parisiens. « Les consommateurs ont envie de cette connexion avec les gens qui font plutôt que ceux qui vendent »,expliquait à 20 Minutes, Pierre Coulon, 33 ans, ancien éleveur de chèvres en Loire-Atlantique, à la tête de la première fromagerie urbaine à Paris. Car selon lui, il y a de plus en plus dans la capitale, « une énergie et l’envie de se réapproprier la ville ». Mais sur quels critères concrets se basera le jury ?

>> Lire aussi. Paris: Après le miel, la bière et le vin, bientôt un fromage «made in Paname»

Selon le règlement édité notamment par le groupe communistes-Front de Gauche, « ce label distinguera des produits dont le caractère local du processus de fabrication ou de transformation (Paris intramuros) est avéré ». Il s’agit donc des produits dont la fabrication ou la dernière transformation ayant « abouti à la création d’un produit nouveau » a été réalisé à Paris et dont la valeur ajoutée a été « majoritairement réalisée » dans la capitale.