L'Arc de triomphe à l'ère du multimédia

Sophie Caillat - ©2008 20 minutes

— 

L'un des monuments les plus visités de la capitale est aussi l'un des plus ignorés des Franciliens. Avec sa nouvelle exposition permanente, l'Arc de triomphe « veut montrer qu'il n'est pas qu'un panorama de Paris, mais un monument qui a une histoire à raconter, note son directeur, Jean-Paul Ciret. Edifié entre 1806 et 1836, il reste l'un des rares monuments à symboliser la Nation, à la fois en guerre et en paix, et la flamme du soldat inconnu y est rallumée tous les jours depuis 1923 ! »

Au sommet des 270 marches, une grande salle prenait la poussière depuis les années 1930. Un dispositif multimédia permet désormais de mieux découvrir, depuis l'intérieur, l'extérieur du monument. Par exemple, une caméra située dans le trou servant à glisser le fanion les grands jours filme en direct les allées et venues sur le parvis. Ensuite, la main posée sur un arc miniature, le visiteur peut visionner les différentes faces du monument, et fait défiler des photos des sculptures. « Ces bas-reliefs qu'on ne voyait pas », se réjouit la ministre de la Culture, Christine Albanel, persuadée que ce monument « n'est pas démodé car on a besoin de symboles ». Enfin, la pose d'un « télescope de réalité augmentée » sur la terrasse en avril sera le clou de l'exposition. L'outil, expérimental, zoomera sur les monuments parisiens et divulguera images d'archives et informations historiques. Une forme de table d'orientation multimédia unique à Paris.