Invader: Les faux agents municipaux qui pillaient les fresques de l'artiste ont été interpellés

FAITS DIVERS Les deux hommes se faisaient passer pour des agents municipaux afin de décoller les mosaïques de l’artiste Invader des murs parisiens…

20 Minutes avec agence

— 

L'artiste français Invader lors d'une conférence de presse à l'espace Pierre Cardin à Paris le 7 octobre 2013.
L'artiste français Invader lors d'une conférence de presse à l'espace Pierre Cardin à Paris le 7 octobre 2013. — VINCENT WARTNER / 20 MINU/SIPA

Quand les amateurs d’art de rue et la police joignent leurs forces, impossible de lutter. Les deux vandales qui se faisaient passer pour des agents municipaux de la ville de Paris pour voler les œuvres de l’artiste Invader l’ont appris à leurs dépens.

Placés en garde à vue ce mercredi, ils ont été déférés au parquet de Paris, rapporte Le Parisien.

>> A lire aussi : Paris: Des faux agents de la mairie décrochent des œuvres de street-art

Ils se faisaient passer pour des agents de la ville de Paris

Ils devront expliquer pourquoi ils se trouvaient sur une échelle, en plein jour, à décoller les célèbres mosaïques Invader qu’ils emportaient ensuite à bord de leur Mercedes. Le tout en se faisant passer pour des agents de la direction de la propreté et de l’eau. La ville de Paris a d’ailleurs déposé plainte contre X pour usurpation de fonction.

Les deux compères ont subtilisé une vingtaine d’œuvres du street-artiste, ces mosaïques devenues célèbres et inspirées du jeu vidéo Space Invaders. Elles fleurissent sur les murs de la capitale et de plusieurs métropoles internationales. Invader a même été le premier artiste à installer une œuvre à bord de la Station spatiale internationale.

« Une fresque peut se revendre quelques milliers d’euros »

Les vandales auraient endommagé plusieurs œuvres. Selon Mehdi Ben Cheikh, un galeriste proche de l’artiste, ils auraient agi pour l’argent : « Une fresque peut se revendre quelques milliers d’euros ».

Ils étaient recherchés depuis le début du mois d’août. Les fans de l’artiste avaient fait circuler la photo des vandales sur les réseaux sociaux.

Olivier, l’un d’eux, ne dissimulait pas sa joie ce mercredi en apprenant que les deux faux agents avaient été interpellés : « Nous espérons que ça va servir d’exemple. Le street-art est fait pour être vu de tout le monde. Il n’a pas vocation à être volé par des trafiquants ».