Paris: Anne Hidalgo assure avoir été menacée par les lobbies automobiles et diesel

PARIS La maire de Paris a reconnu que sa politique visant à réduire la circulation automobile dans la capitale ne faisait pas « l’unanimité »…

20 Minutes avec AFP

— 

La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, le 30 mai 2016 à Paris.
La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, le 30 mai 2016 à Paris. — BERTRAND GUAY AFP

Les pistes cyclables, la piétonnisation des berges et les voies de bus ne sont pas du goût de tous. La maire de Paris, la socialiste Anne Hidalgo, a confié ce lundi sur FranceInfo avoir été la cible de menaces. « Les lobbies automobiles, les lobbies du diesel (…) sont venus me menacer dans mon bureau, pour me dire "si vous n’arrêtez pas avec cette politique de lutte contre la pollution, on vous fera battre aux élections" », a déclaré la maire de Paris.

« La reine verte », « la reine des bouchons », « la pasionaria du social »… Le Figaro Magazine a publié le week-end dernier les bonnes feuilles de Notre-Drame de Paris, écrit par Airy Routier et Nadia Le Brun, « un livre à charge et caricatural » selon l’élue, à paraître mercredi.

« Je ne vais pas fléchir »

« Ce qui m’importe, c’est d’offrir une mobilité pour tous, y compris pour les gens de la métropole », a-t-elle poursuivi. « La question des embouteillages existe depuis longtemps, Paris a pris du retard, car on n’avait pas les pouvoirs sur un certain nombre de voiries, que j’ai récupérés avec la loi sur le statut de Paris. »

« La pollution, ça tue, ça tue on le sait », a-t-elle lancé. « Je ne vais pas fléchir, je préfère être du bon côté de l’histoire » a ajouté Anne Hidalgo, en concédant que sa politique visant à diminuer la circulation automobile dans la capitale « ne fait pas l’unanimité ».