Seine-Saint-Denis: Soupçonné de velléités djihadistes, un homme de 22 ans mis en examen et écroué

TERRORISME Il était jusqu'alors inconnu de la justice même si les services antiterroristes l'avaient reperé...

20 Minutes avec AFP

— 

(photo d'illustration) La police a arrêté un jeune homme qui avait des
(photo d'illustration) La police a arrêté un jeune homme qui avait des — RAYMOND ROIG / AFP

Pas de projet établi mais des « vélléités ». Un jeune homme de 22 ans a été interpellé mardi en Seine-Saint-Denis parce qu'il était soupçonné de vouloir commettre « un acte violent » notamment contre des boîtes de nuit. Vendredi, un juge antiterroriste l'a mis en examen et écroué pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle et placé en détention provisoire, d'après une source judiciaire.

Ce radicalisé, qui vit chez ses parents à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), près de Paris, avait été interpellé mardi par les policiers de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), dans le cadre d'une enquête ouverte le 9 août par la section antiterroriste du parquet de Paris. Les investigations « laissaient craindre qu'il était susceptible de commettre un acte violent dans la mesure où il avait fait savoir qu'il cherchait à se procurer une arme », a expliqué une source proche du dossier, précisant qu'il avait échoué dans cette recherche.

Les enquêteurs ont notamment repéré des messages sur les réseaux sociaux qui faisaient ressortir « des propos et une attitude pro-djihad », selon la même source.

Il a reconnu les faits en garde à vue

D'après les premiers éléments de l'enquête, le suspect, aurait envisagé de s'attaquer à des « bars, boîtes de nuits et des lieux tels que les clubs homosexuels et les clubs libertins » mais ce « projet intellectuel » est resté vague, en l'absence notamment de repérages. Le jeune homme, qui était surveillé par les services antiterroristes, a reconnu en garde à vue qu'il avait pu avoir ce projet d'attaque.

L'enquête se poursuit pour déterminer s'il a pu entretenir des liens avec des membres de la mouvance radicale.