Ascenseurs en ville: Un rapport met en évidence des dysfonctionnements à hauteur de 60 %

ESPACE PUBLIC Un audit de l’Inspection générale mis en ligne sur le site paris.fr a observé que, sur 20 équipements, seuls 8 étaient fonctionnels…

M-L. S.

— 

Les ascenseurs de la passerelle Simone de Beauvoir ont été hors service pendant plus de six mois, en raison de la crue de la Seine en mai 2016.
Les ascenseurs de la passerelle Simone de Beauvoir ont été hors service pendant plus de six mois, en raison de la crue de la Seine en mai 2016. — V. WARTNER / 20 Minutes / SIPA
  • Les ascenseurs et escalators publics sont fréquemment en panne et de façon durable.
  • L'arrondissement le plus touché et à l'origine d'un rapport sur ces dysfonctionnements est le 13e.
  • Les causes sont multiples et il est envisagé des solutions altenatives dans les futurs projets d'aménagements de la ville.

« Hors service ». Constats de la mairie du 13e arrondissement et, de nouveau six mois plus tard, de l’Inspection générale des services de la ville, au sujet des ascenseurs situés aux extrémités de la passerelle Simone de Beauvoir. Cette situation n’est pas unique, comme le pointe un rapport mis en ligne sur le site de la mairie de Paris sur le « fonctionnement des ascenseurs et des escaliers mécaniques dans l’espace public ».

Sur les vingt équipements de la Ville visités en deux jours, l’Inspection générale a constaté que seuls 40 % étaient en état de marche, de l’appareil pour personne à mobilité réduite du jardin flottant Niki de Saint Phalle (7e arrondissement) aux trois ascenseurs du parc de Bercy (12e), en passant par la passerelle Simone de Beauvoir (12e et 13e) et nombre de services dans le 13e arrondissement, secteur le plus touché et à l’origine de l’étude. Le maire Jérôme Coumet avait en effet signalé par courrier à Anne Hidalgo ces dysfonctionnements en janvier 2016. Sans compter l’enjeu de la loi de février 2005 pour l’accessibilité de la voirie des personnes handicapées ou à mobilité réduite.

>> Lire aussi: Comment Haussmann a transformé Paris en une ville « marchable »

Problèmes de propreté

Le rapport pointe aussi « le niveau de propreté et l’aspect visuel des installations, et/ou de leurs abords, qui sont de nature, dans certains cas, à dissuader les usagers de les utiliser ». Les causes des pannes sont multiples : problèmes techniques dus aux intempéries ou aux trop fortes sollicitations, incivilités, dégradations, malpropreté et insécurité des abords entraînant l’abandon de l’infrastructure par les usagers et, par effet de spirale, des dégradations… L’Inspection constate par exemple sur l’un des ascenseurs de la passerelle Simone de Beauvoir « des tags », « des abords sales et boueux » et une « pente inversée conduisant à l’accumulation des eaux de pluie » conduisant à une mise hors-service lors de la crue de la Seine en mai 2016.

Le coût de la maintenance des ascenseurs et escaliers mécaniques implantés sur l’espace public pédestre est évalué à 780.000 € par an. Des enjeux budgétaires qui ne sont donc pas à la hauteur du résultat.

En réponse, les services de la Ville de Paris soulignent que « l’implantation d’ascenseurs et escalier métalliques sur l’espace public répond à des besoins d’origines diverses : nouvelles normes, impossibilité matérielle de réaliser des rampes d’accès, etc ». Face à ces enjeux, ils souhaitent « proposer des moyens alternatifs », bien en amont des futurs projets d’aménagement.

De la télésurveillance est également envisagée, pour déclencher à temps des opérations de maintenance si nécessaire. Enfin, « le nettoyage des cabines d’ascenseur a été confié à une société spécialisée. »

Les auteurs du rapport préconisent, eux, de « limiter au maximum l’implantation de ces installations », de les doubler pour pallier les pannes ou, carrément, de les supprimer pour les remplacer par des rampes…