Crise des migrants à Paris: Trois semaines après l'évacuation, «20 Minutes» fait le point

SOCIETE Plus de 800 personnes vivent à nouveau dans la rue aux alentours du centre humanitaire pour migrants créé dans le nord de Paris...

R.L.

— 

Distribution de petit-déjeuners avec le collectif Solidarité Migrants Wilson et l'association Utopia. Olivier Juszczak.
Distribution de petit-déjeuners avec le collectif Solidarité Migrants Wilson et l'association Utopia. Olivier Juszczak. — OLIVIER JUSZCZAK/20 MINUTES
  • Trois semaines après l'évacuation de près de 3.000 personnes au même endroit, plus de 800 personnes vivent à nouveau dans la rue aux alentours du centre humanitaire pour migrants créé dans le nord de Paris, selon l'association France terre d'asile.
  • «On se dirige vers une nouvelle évacuation», estime Pierre Henry, directeur général de l'association , pour qui «il n'y a pas le choix».
  • «20 Minutes» vous propose toute la journée une série d'articles pour faire le point sur la situation

15h50: Pour pallier «une politique défaillante», ils enseignent le français en plein air à des migrants

Un travail de titan mais surtout « dans l’urgence ». Celui d’enseigner le français aux migrants sur la Rotonde de la Villette. Aux abords du bassin, dans le 19e arrondissement de Paris, l’association Baam donne des cours en plein air depuis un an, tous les soirs de la semaine, sauf le dimanche.

>> Lire notre reportage. Paris: Pour pallier «une politique défaillante», ils enseignent le français en plein air à des migrants

 

15h20: Après les squares et la rue, des migrants ont trouvé refuge à la Cité de l'air

Ils occupent des logements autrefois réservés aux employés de la Direction générale de l'aviation civile. Un refuge d'où ils pourraient être expulsés en septembre.

>> Lire. Essonne: Après les squares et la rue, des migrants ont trouvé refuge à la Cité de l'air

 

14h23: Hassan, résident du centre d'hébergement d'urgence d'Ivry, veut «terminer ses jours dans un pays en paix»

«20 Minutes» s'est rendu à Ivry-sur-Seine, où a ouvert il y a six mois un centre d'hébergement d'urgence des migrants les plus vulnérables. Decouvrir notre reportage ici

Trois repas par jour sont servis aux résidents dans les yourtes.
Trois repas par jour sont servis aux résidents dans les yourtes. - JBOSSART

 

13h49: Les voûtes de la porte de La Chapelle sont désormais leur foyer

« Ces réfugiés manquent de tout, ici, explique Anne-Marie Bredin, de l’association Solidarité migrants Wilson. Découvrez le reportage vidéo de notre journaliste.

 

13h42: «Plus un seul migrant dans la rue ou dans les bois dès 2018»: Comment le gouvernement compte-t-il faire?

« D’ici la fin de l’année, je ne veux plus personne dans les rues, dans les bois ». Voilà la promesse lancée jeudi par le président Macron, en marge d’une visite d’un centre d’hébergement de réfugiés à Orléans (Loiret). Simple vœu pieux ou véritable volontarisme politique ? L’ambition affichée par le chef de l’État a été saluée jeudi par les associations, qui restent toutefois prudentes.

>> Lire. «Plus un seul migrant dans la rue ou dans les bois dès 2018»: Comment le gouvernement compte-t-il faire?

 

12h07: « La joie sur le visage de cet enfant était indescriptible »

Hussein Houssami, un « anonyme », a rencontré il y a quelques semaines à Paris un homme qui a fui l’Afghanistan. Son histoire l’a tant marqué qu’il a créé une cagnotte en ligne pour lui venir en aide.

La lettre dans laquelle Lukman Khattat s'adresse à son fils a été rédigée une nuit, Quai d'Austerlitz, à Paris.
La lettre dans laquelle Lukman Khattat s'adresse à son fils a été rédigée une nuit, Quai d'Austerlitz, à Paris. - OZ IRIS

>> Lire l'histoire de cette rencontre ici

 

11h40: Porte de la Chapelle : En immersion avec les migrants

Des conditions de vie des migrants, en passant par la solidarité des bénévoles ainsi que le regard des riverains, 20 Minutes s’est rendu en immersion porte de la Chapelle dans le nord de Paris. Voici le reportage de notre photojournaliste ici.

Reportage à la Porte de la Chapelle auprès des migrants les 25 et 27 juillet 2017. Distribution de petit-déjeuners avec le collectif Solidarité Migrants Wilson et l'association Utopia. Visite des campements et observation des conditions de vie. Rencontre avec une habitante du quartier. Olivier Juszczak.
Reportage à la Porte de la Chapelle auprès des migrants les 25 et 27 juillet 2017. Distribution de petit-déjeuners avec le collectif Solidarité Migrants Wilson et l'association Utopia. Visite des campements et observation des conditions de vie. Rencontre avec une habitante du quartier. Olivier Juszczak. - OLIVIER JUSZCZAK/20 MINUTES
Reportage à la Porte de la Chapelle auprès des migrants les 25 et 27 juillet 2017. Distribution de petit-déjeuners avec le collectif Solidarité Migrants Wilson et l'association Utopia. Visite des campements et observation des conditions de vie. Rencontre avec une habitante du quartier. Olivier Juszczak.
Reportage à la Porte de la Chapelle auprès des migrants les 25 et 27 juillet 2017. Distribution de petit-déjeuners avec le collectif Solidarité Migrants Wilson et l'association Utopia. Visite des campements et observation des conditions de vie. Rencontre avec une habitante du quartier. Olivier Juszczak. - OLIVIER JUSZCZAK/20 MINUTES

 

11h12: Le centre humanitaire a permis à plus de 12.000 personnes de ne pas dormir dans la rue

Depuis son ouverture, le centre humanitaire a permis à plus de 12.000 personnes de ne pas dormir dans la rue. Mais avec l'accélération des arrivées, la création de places d'hébergement en aval peine à suivre.

10h53: «La plupart des migrants présents depuis l’évacuation sont de nouveaux arrivants»

« Il faut absolument ouvrir des centres de transit un peu partout sur le territoire pour améliorer la prise en charge de ces migrants », indique à 20 Minutes, Pierre Henry, directeur général de France Terre d'Asile.

>> Lire son interview ici. La Chapelle: «La plupart des migrants présents depuis l’évacuation sont de nouveaux arrivants»

 

10h20: « J’ai quitté le Bénin car c’est la pauvreté là-bas. On n’a rien ! »

Des tentes éparses jalonnent les abords des deux grands boulevards qui se croisent, porte de La Chapelle (18e arrondissement). Des matelas recouverts de duvets sont posés à même le sol, avec en guise de toit, le béton du périph' qui surplombe et traverse le quartier. Mohammed est ici depuis quatre mois. « J’ai quitté le Bénin car c’est la pauvreté là-bas. On n’a rien ! ».

>> Lire notre reportage sur place. Paris: Porte de La Chapelle, les «réfugiés manquent de tout»

 

10h02: Vers l’ouverture d’autres centres d’accueil sur le modèle de la Chapelle?

Censé éviter d’incessantes reconstitutions de campements indignes dans la capitale, le centre ouvert en novembre dans la capitale a rapidement fait affluer des centaines de migrants à ses abords et plusieurs évacuations se sont déjà produites. D’une capacité de 400 places, ce dispositif, unique en France, peine à absorber les nouveaux arrivants au rythme actuel. La mairie de Paris réitère son appel aux autres villes, en faveur d’ouverture de centres de premier accueil pour les migrants, sur le modèle de celui de la Chapelle. Mais peut-il réellement aboutir ?

>> Lire notre article: Vers l’ouverture d’autres centres d’accueil sur le modèle de la Chapelle?

 

9h34 : « A ce rythme-là, on dépassera les 2.000 d’ici la mi-août »

Selon France terre d'asile, l’association mandatée pour mener des maraudes, plus de 800 personnes vivent à nouveau dans la rue aux alentours du centre. Et selon la mairie de Paris, « à ce rythme-là, on dépassera les 2.000 d’ici la mi-août ». « On se dirige vers une nouvelle évacuation », juge pour sa part le directeur général de France terre d'asile, Pierre Henry. 

Reportage à la Porte de la Chapelle auprès des migrants les 25 et 27 juillet 2017. Distribution de petit-déjeuners avec le collectif Solidarité Migrants Wilson et l'association Utopia. Visite des campements et observation des conditions de vie. Rencontre avec une habitante du quartier. Olivier Juszczak.
Reportage à la Porte de la Chapelle auprès des migrants les 25 et 27 juillet 2017. Distribution de petit-déjeuners avec le collectif Solidarité Migrants Wilson et l'association Utopia. Visite des campements et observation des conditions de vie. Rencontre avec une habitante du quartier. Olivier Juszczak. - OLIVIER JUSZCZAK/20 MINUTES

 

9h30: «Plus personne dans les rues, dans les bois»

Emmanuel Macron a dit jeudi ne vouloir « plus personne dans les rues, dans les bois » d'ici la fin de l'année, lors d'un discours à Orléans sur l'accueil des migrants. « La première bataille: loger tout le monde dignement. Je veux partout des hébergements d'urgence », a-t-il plaidé.

9h09: Suivez sur « 20 Minutes » la journée spéciale migrants à Paris

Au lendemain des annonces d’Emmanuel Macron sur la situation migratoire, 20 Minutes vous propose une sélection d’articles et d’analyses sur le sujet, alors que des centaines de migrants en quête d’une « vie meilleure » affluent actuellement à Paris.