Plongée dans les faits divers parisiens: Fin de cavale pour Bonnot, l’anarchiste qui terrorisa Paris

FAIT DIVERS Le 29 avril 1912, le Tout-Paris accourt à Choisy-le-Roi, dans le Val-de-Marne, pour suivre en direct l’assaut contre la planque de Bonnot, l’anarchiste qui, avec sa bande, a multiplié les casses sanglants à Paris…

C.Po.

— 

Arrestation de Bonnot
Arrestation de Bonnot — Retro/Namur-Lalance/SIPA
  • Entre décembre 1911 et avril 1912, Bonnot et "sa bande" multiplient les casses sanglants à Paris
  • Le 28 avril, le bandit est repéré à Choisy-le-Roi, caché chez un ami garagiste.
  • Après cinq heures de siège, les policiers ont dynamité le garage.

Tout l’été, 20 Minutes, revient sur les grands faits divers qui ont marqué Paris en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France. Aujourd’hui, les derniers instants de Bonnot, l’anarchiste qui terrorisa Paris avec « sa bande » en 1912.

« Le cauchemar n’est pas dissipé complètement mais la population respire déjà. » Le 29 avril 1912, Le Petit Journal peine à cacher son soulagement. La veille, Jules Bonnot, l’anarchiste qui depuis cinq mois terrorise Paris, vient de mourir dans la voiture qui le transportait à l’hôpital. Le dernier acte de sa traque a été long : pendant cinq heures, plusieurs centaines de policiers et de volontaires ont encerclé sa planque, en fait le garage d’un ami, à Choisy-le-Roi, dans le Val-de-Marne. Jusqu’à ce que le chef de la sûreté décide de dynamiter la maison.

>> A lire aussi : Plongée dans les faits divers parisiens: Marcel Petiot, le «docteur Satan» de la rue Le Sueur

Cette décision, d’une violence inouïe, résume à elle seule la psychose qu’a provoqué la « bande à Bonnot ». Ils apparaissent dans les radars de la police parisienne en décembre 1911 en braquant le garçon de recette (l’ancêtre du convoyeur de fonds) de la Société Générale de la rue Ordener, dans le 18e arrondissement, avant de prendre la fuite en voiture. Une première dans l’histoire du crime : jamais l’automobile n’avait été utilisée pour commettre un casse. Cela deviendra leur marque de fabrique et leur vaudra d’être surnommés par la presse « les bandits en auto ». Ultra-violents, ils n’hésitent pas à tuer ceux qui se mettent en travers de leur chemin. « Ce sont les premiers bandits modernes, les précurseurs du casse en bande organisée et en voiture », analyse Matthieu Frachon, journaliste et auteur de 36, Quai des Orfèvres. Et de préciser : « Pour eux, l’anarchisme est un prétexte. Ils n’en appliquent qu’un seul principe : la reprise individuelle. Aux banques, aux bourgeois… Mais ce ne sont pas des Robins des bois, il n’y a pas de redistribution. »

« Bonnot n’était pas particulièrement apprécié dans le milieu anarchiste »

Traqués, Bonnot et sa bande parviennent à chaque fois à passer entre les mailles du filet. Le 24 avril 1912, Louis-François Jouin, le sous-chef de la Sûreté parisienne, en charge de l’enquête, effectue une perquisition dans un appartement d’Ivry-sur-Seine. La veille, il a eu un tuyau : un proche de l’anarchiste réside là-bas. Il espère trouver des éléments qui lui permettent de remonter jusqu’à lui. Mais n’imaginait pas qu’il s’y trouverait justement ce jour-là. Caché dans une chambre, Bonnot tire à bout portant sur l’inspecteur. Jouin s’effondre. Un policier réplique. L’ennemi public n°1 est blessé à la main mais parvient une nouvelle fois à s’enfuir.

La chasse à l’homme s’intensifie. L’ensemble de la sûreté parisienne est mobilisée, la région est passée au peigne fin, chaque piste exploitée. C’est finalement un indic’qui les met sur la piste. « Bonnot n’était pas particulièrement apprécié, ni dans le milieu anarchiste, ni chez les bandits plus classiques », assure Matthieu Frachon. C’est ainsi que, cinq jours après le meurtre de Jouin, le commissaire Guichard, chef de la Sûreté, accompagné de 16 inspecteurs, se présente à 7h30 devant un garage automobile, relativement isolé, à Choisy-le-Roi. La police a acquis la certitude que le locataire, Jean Dubois, est un ami de Bonnot. Ensemble, ils ont commis quelques méfaits, notamment des vols de voitures. Lorsqu’ils arrivent, Dubois refuse de se laisser interpeller, ouvre le feu, blesse légèrement un policier. Les forces de l’ordre répliquent et le blessent. Le chef de la sûreté décide malgré tout de battre en retraite, en attendant les renforts.

Le siège de Choisy, l’attraction du Tout-Paris

Mais à peine sortent-ils de la maison qu’ils essuient une rafale de tirs. Un homme sur le balcon, au premier étage du garage, les vise à plusieurs reprises. La traque vient prendre fin : ce nouvel assaillant n’est autre que le redoutable Bonnot. Impossible cependant de retourner sur les lieux, l’escalier qui mène à l’étage est bien trop exposé. Un siège s’engage. Le rappel général est sonné. Aux gardes républicains, se joignent spontanément tous les citoyens de la région qui possèdent une arme. « Derrière chaque arbre de la route, carabine, fusil ou revolver au poing, des hommes se tiennent aux aguets », écrit dans son édition du lendemain, presque entièrement consacrée à la mort du malfrat, Le Petit Parisien. Ils sont plusieurs centaines à entourer la maison. Et plus de 10.000 à assister à l’assaut. « C’était l’attraction. Le Tout-Paris a fait le déplacement pour assister au siège », précise Matthieu Frachon.

Du balcon, Bonnot tire par salves en direction des forces de l’ordre. Avant 10 heures du matin, plus de 400 balles ont été tirées. Pour sortir de ce statut quo, les forces de l’ordre décident de dynamiter la maison. A trois reprises, ils placent des charges. Les deux premières ne sont pas suffisantes. Les murs tremblent mais tiennent bon. La troisième est la bonne. « C’est la maison qui saute : puis de la fumée et une clameur formidable : 'A mort ! A mort Bonnot ! On le tient' », raconte le journaliste de l’Intransigeant.

Une mutation profonde de la police

Au rez-de-chaussée, les policiers découvrent le corps sans vie de Dubois. Bonnot, lui, se trouve à l’étage, grièvement blessé, protégé par un matelas. « Le redoutable Bonnot était là, ramassé sur lui-même comme une bête fauve prête à se jeter sur sa proie », écrit Le Petit Parisien. Dans un sursaut, il tire une dernière fois, sa balle effleure le chef de la sûreté, sans le toucher. Les policiers répliquent. Jules Bonnot succombe à ses blessures peu après être arrivé à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu à Paris. La presse jubile, à l’exception de certains journalistes, à l’image de ceux de l’Intransigeant, qui déplore une mort trop douce. « On souhaitait pour les [Bonnot et sa bande] punir des supplices renouvelés de l’art chinois. »

Si la bande à Bonnot a marqué les esprits, elle a également profondément transformé la police parisienne. « Les autorités se sont rendu compte que la police n’était pas équipée pour lutter contre la criminalité organisée », explique Matthieu Frachon. Quelques mois après la mort de Bonnot et l’arrestation de ses complices, la Brigade criminelle est créée et les gardiens de la paix, jusqu’alors équipés de baïonnettes et matraques, sont armés. Le « 36 » moderne est né.