Sevran: Des bouches d'incendie endommagées compliquent une intervention de pompiers

AU FEU Lors d'une intervention à Sevran, en Seine-Saint-Denis, les pompiers ont découvert que la bouche d'incendie à proximité avait été forcée, probablement pendant les grosses chaleurs... 

Caroline Politi

— 

Des bouches d'incendie endommagées ont ralenti le travail des pompiers
Des bouches d'incendie endommagées ont ralenti le travail des pompiers — BSPP/Julien Duc

Ils n’ont eu de cesse de le répéter pendant les grosses chaleurs : forcer les bouches à incendie pour se rafraîchir peut avoir des conséquences dramatiques en cas d’incendie. Ce week-end, les habitants de Sevran, en Seine-Saint-Denis, ont bien failli en faire les frais. En pleine intervention, les pompiers se sont rendu compte que la bouche à proximité de l’immeuble en feu était hors d’usage. L’ incendie a heureusement pu être maîtrisé sans faire de victimes.

>> A lire aussi : Les ouvertures sauvages de bouches d'incendie chauffent les élus et les pompiers

Dans la nuit de samedi à dimanche, aux alentours de 5 heures du matin, les sapeurs pompiers sont appelés pour une intervention dans l’allée des Erables, à Sevran. Les deux derniers étages d’un immeuble qui en compte quatre sont en feu. Les flammes se sont déjà répandues au dernier étage du bâtiment mitoyen. Le premier camion de pompier - qui a une autonomie de 3.000 litres d’eau - commence immédiatement à circonscrire le feu tandis que les victimes sont évacuées.

« Sur un incendie d’ampleur, ça aurait pu être dramatique »

Pendant ce temps, un second engin cherche une bouche d’incendie pour pouvoir prendre le relais lorsque la réserve sera à sec. « C’est la procédure classique : un camion intervient immédiatement tandis que les autres se branchent sur des bouches d’incendie afin de ne pas créer de rupture pendant l’intervention », explique le lieutenant-colonel Gabriel Plus, porte-parole de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Au plus fort de l’incendie, quelque 17 engins et 80 pompiers sont mobilisés.

Des bouches d'incendie endommagées ont ralenti le travail des pompiers
Des bouches d'incendie endommagées ont ralenti le travail des pompiers - BSPP/Julien Duc

Mais cette fois, lorsque les soldats du feu se branchent sur la bouche d’incendie à proximité, le débit d’eau est particulièrement faible. L’installation a probablement été endommagée par des habitants du quartier qui ont cherché à se rafraîchir pendant les grosses chaleurs. Les pompiers finissent par en trouver une seconde, qui fonctionne cette fois-ci. « Nous avons eu énormément de chance car cela n’a pas ralenti l’opération, indique le lieutenant-colonel Gabriel Plus. Mais sur un incendie de plus grande ampleur, cela aurait pu être dramatique. » Les pompiers sont parvenus à contenir le feu grâce à la réserve du premier camion d’intervention.