VIDEO. Un cachalot de 15 mètres s'est-il vraiment échoué en plein cœur de Paris?

REPORTAGE Il a été retrouvé au petit matin sur une berge du quai de la Tournelle, à deux pas de la cathédrale de Notre-Dame. « 20 Minutes » a mené l’enquête…

C.Po. et Arian Karimi

— 

Un cétacé s'est échoué à Paris
Un cétacé s'est échoué à Paris — Arian Karimi

Il est là, étendu de tout son long, sur le quai de la Tournelle, à deux pas de la cathédrale Notre-Dame. Ce vendredi matin, les Parisiens ont découvert un cachalot de 15 mètres, échoué sur une berge. Des scientifiques en tenue blanche s’activent autour du cétacé pour tenter de percer le mystère. « C’est ahurissant de voir cela, s’insurge une Parisienne en passant à proximité du cadavre de l’animal, dont s’échappe une odeur pestilentielle. J’habite à Paris depuis que j’ai 9 ans, je vais en avoir 75 et je ne pensais pas voir ça un jour. » Une passante abonde. « De loin, je pensais qu’il s’agissait d’une statue mais j’ai vu les scienfiques faire des prélèvements. Comment est-il arrivé là ? » 20 Minutes a mené l’enquête.

Coup de fil de bon matin à la préfecture de police de Paris. « On se renseigne, mais ça semble quand même bizarre qu’un cachalot ait pu sauter les écluses. » Il y en a sept, rien qu’entre Rouen et Paris. Mais après tout, pourquoi pas ? Et s’il s’était faufilé discrètement entre les bateaux à chacune d’elle ? Au fond de l’eau, ni vu ni connu. Parce que, bon, si certains se baignent dans la Seine, on ne peut pas dire que l’eau soit vraiment translucide.

« Vous croyez qu’il a des pattes ? »

Donc admettons : notre cachalot remonte la Seine. L’eau n’est pas salée, mais on n'a qu’à dire qu’il y va en apnée. Quand on vit sous l’eau toute l’année, ça ne doit pas être si compliqué. Et hop, il est à Paris. Quai de la Tournelle, un élément nous intrigue : sous le cachalot échoué, du sable, alors qu’il n’y en a pas à Paris Plages. On a bien imaginé quelques secondes ce cétacé se balader avec son petit baluchon de sable pour lui rappeler la maison, mais les premiers doutes apparaissent (oui, seulement à ce moment-là).

Et puis comment ce cachalot s’est-il échoué sur une berge ? « Vous croyez qu’il a des pattes, votre animal ? » A la préfecture, on aime bien faire de l’humour. Interrogés sur ce point, les scientifiques en blouse blanche assurent l’avoir sorti de l’eau avec les pompiers dans la nuit. « On a eu un coup de téléphone vers 2 h disant qu’il y avait un cachalot en péril, coincé sous le point, explique à 20 Minutes l’un d’eux. Avec deux équipes on a essayé de le libérer, mais il était déjà mort ». L’explication est donnée avec beaucoup de sérieux, mais on ne peut s’empêcher de douter. Et si ce cachalot n’était pas réel ? De près, pourtant, tout semble vrai. Sa peau est couverte d’écorchures.

Un événement nous revient en mémoire. Il y a un an,un cachalot s’était échoué à Rennes. On avait presque failli y croire. En réalité, la bête, en fibre de verre, avait été confectionnée par un collectif d’artistes belges, Captain Boomer, pour un festival rennais, Les Tombées de la nuit. Dernier indice : les scientifiques qui s’activent autour du cétacé ont tous un accent belge. Il faut s’y résoudre : ce cachalot est une oeuvre d'art. La Mairie de Paris jure qu’elle n’est au courant de rien. L’installation, dont le but est d’alerter le grand public sur le sort des cétacés, devrait rester jusqu’à la fin de la semaine.