VIDEO. Paris: 2.771 migrants évacués du gigantesque campement de la porte de la Chapelle

SOCIETE Il s’agit de la 34e évacuation en deux ans dans la capitale...

20 Minutes avec AFP

— 

Plus de 2.000 migrants ont été évacués de campements dans le nord de Paris, le 7 juillet 2017.
Plus de 2.000 migrants ont été évacués de campements dans le nord de Paris, le 7 juillet 2017. — AFP/Eric FEFERBERG

Une opération d’évacuation de campements de plus de 2.000  migrants installés depuis plusieurs semaines porte de La Chapelle, dans le nord de Paris, a débuté vendredi peu après 6 heures. Il s’agit de la 34e évacuation en deux ans dans la capitale.

Ce sont exactement 2.771 migrants qui ont été évacués vendredi matin vers des structures d'accueil, a-t-on appris auprès de la préfecture d'Ile-de-France.Parmi les personnes évacuées figurent 161 personnes vulnérables, essentiellement des femmes et des enfants.

Cette évacuation était très attendue alors que le campement ne cessait de grossir et les conditions de vie s’y dégrader, aussi bien d’un point de vue sanitaire que pour les tensions communautaires.

Les associations, redoutant pour la vie même des migrants, ne cessaient d’y dénoncer des conditions de vie déplorables et l’absence de structures sanitaires.

La préfecture de police et la préfecture d'Ile-de-France ont indiqué dans un communiqué commun que les migrants se verront «proposer une solution d'hébergement provisoire en Île-de-France».
La préfecture de police et la préfecture d'Ile-de-France ont indiqué dans un communiqué commun que les migrants se verront «proposer une solution d'hébergement provisoire en Île-de-France». - AFP/Eric FEFERBERG

 

Une soixantaine de bus ont été réquisitionnés et à 7 heures, une dizaine de bus étaient déjà partis.
Une soixantaine de bus ont été réquisitionnés et à 7 heures, une dizaine de bus étaient déjà partis. - AFP/Eric FEFERBERG

 

Cette opération d’évacuation mobilise une soixantaine de bus

« Cette opération mobilise près de 350 effectifs de la préfecture de Police ainsi qu’une centaine de personnels de l’État et de ses partenaires », affirment la préfecture de police et la préfecture d’Ile-de-France dans un communiqué commun, précisant que les migrants se verront « proposer une solution d’hébergement provisoire en Île-de-France ».

>> A lire aussi : D’où viennent-ils ? Sont-ils victimes de violences ? Radiographie des conditions de vie des réfugiés de La Chapelle

Plusieurs centaines d’Afghans, Soudanais, Somaliens se pressaient vers 6 heures en groupes serrés près du centre humanitaire pour migrants ouvert en novembre porte de la Chapelle dans l’attente de leur évacuation imminente, selon une journaliste de l’AFP sur place. Cette opération mobilise une soixantaine de bus, selon la préfecture d’Ile-de-France. Une dizaine d'entre eux étaient déjà partis, vers 7 heures.

Les autorités ont précédé le 7 juillet 2017 au matin et dans le calme à l'évacuation de plus de 2.000 migrants installés dans des campements sauvages dans le nord de Paris.
Les autorités ont précédé le 7 juillet 2017 au matin et dans le calme à l'évacuation de plus de 2.000 migrants installés dans des campements sauvages dans le nord de Paris. - AFP/Eric FEFERBERG

 

« La mise à l’abri » des occupants de plusieurs campements de voie publique

Selon le secrétaire général de la préfecture d'Île-de-France, François Ravier, l'évacuation porte sur «2.500 personnes au moins». «L'expérience montre qu'il y a toujours plus de personnes que le nombre évalué», a-t-il ajouté, alors que jeudi, le préfet d'Ile-de-France Michel Cadot avait parlé de 1.600 migrants décomptés dans les quartiers nord de Paris. «On a trouvé une vingtaine de structures en Île-de-France, essentiellement des gymnases, où une centaine de bénévoles sont sur place», a encore expliqué François Ravier.

La préfecture a indiqué qu’elle procédait à « la mise à l’abri » des occupants de plusieurs campements de voie publique « illicites, qui présentent des risques importants pour la sécurité et la santé de leurs occupants comme des riverains ».

Selon le secrétaire général de la préfecture d'Île-de-France, François Ravier, l'évacuation porte sur «2.500 personnes au moins».
Selon le secrétaire général de la préfecture d'Île-de-France, François Ravier, l'évacuation porte sur «2.500 personnes au moins». - AFP/Eric FEFERBERG

« 200 personnes supplémentaires » chaque semaine

Selon Pierre Henry, directeur général de France terre d'asile chargée des maraudes, le campement grossissait chaque semaine avec « 200 personnes supplémentaires ». Le 9 mai, un peu plus de 1.600 migrants avaient déjà été évacués de campements insalubres installés au même endroit, dans ce qui constituait la plus grosse opération de mise à l’abri en six mois.

Compte tenu de l’accélération des arrivées de migrants dans la capitale, le dispositif d’accueil sature malgré les orientations vers des centres d’hébergement ailleurs en France, qui s’avèrent insuffisantes.