Paris: La mairie rachète un immeuble de la Banque de France pour en faire des logements sociaux

LOGEMENTS La ville de Paris a racheté un immeuble appartenant à la Banque de France pour livrer d’ici trois ans, six logements sociaux…

Romain Lescurieux

— 

Un ancien immeuble de la Banque de France (1er)
Un ancien immeuble de la Banque de France (1er) — M.Cochard/Ville
  • La mairie de Paris a acheté cet immeuble pour un montant de 5.300.000 euros pour y proposer six logements sociaux
  • « Le 1er arrondissement est déficitaire. Il compte environ 10 % de logements sociaux », assure Ian Brossat, adjoint chargé du logement

Haro sur les bureaux. En mai dernier, la ville de Paris a racheté un immeuble appartenant à la Banque de France située rue de la Feuillade dans le 1er arrondissement pour un montant de 5.300.000 euros pour en faire des logements sociaux. Une délibération concernant la location de cet immeuble au bailleur social Elogie-Siemp doit être votée au Conseil de Paris qui débute ce lundi. La stratégie de réhabilitation de bureaux est en effet devenue « centrale » dans la politique du logement décidée par Anne Hidalgo et notamment dans ce type d’arrondissement.

>> Lire aussi. Paris: Un trop plein de logements vides ou sous-occupés dans la capitale?

Un arrondissement « déficitaire »

« Le 1er arrondissement est déficitaire. Il compte environ 10 % de logements sociaux. Ce qui est très en dessous de l’objectif de 25 % »,affirme Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris, chargé du logement. pour qui la transformation de bureaux est donc « un levier prioritaire » dans cette zone. « Nous devons rééquilibrer le logement social à Paris et en faire aussi dans les beaux quartiers, au lieu de tout concentrer dans le nord-est de la capitale. Et dans un arrondissement comme le 1er où il y a peu de parcelles existantes, nous convertissons des bâtiments existants », ajoute-t-il.

L’immeuble en question, édifié à la fin du 18e siècle, sur une parcelle de 203m2, est élevé sur deux niveaux de sous-sols, et comprend un rez-de-chaussée, un entresol et trois étages, surmontés d’un comble mansardé. « Il est aujourd’hui à usage mixte, composé de bureaux et de logements, qui auront vocation à être libérés d’ici l’entrée en jouissance par la Ville », note la mairie.

« Aucun quartier ne doit être interdit aux familles modestes »

Confié au bailleur social Elogie-Siemp sur une durée de 65 ans avec un loyer total de plus de 1,5 million d’euros, l’immeuble abritera « quatre très grands logements de type T5 et T6 et deux autres logements. Ils seront livrés d’ici 2-3 ans », indique l’adjoint, qui compte continuer cette réhabilitation à travers la capitale. « Aucun quartier ne doit être interdit aux familles modestes », martèle-t-il.

Une étude de l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur) révélait en 2013, que sur les 18 millions de mètres carrés de bureaux parisiens (16,7 millions si l’on ne considère que les 3.500 parcelles de plus de 1.000 m²), 840.000 m² sont possiblement transformables en logements. Dans ce contexte, la mairie de Paris s’est fixé l’objectif entre 2014 et 2020, de transformer 250.000 m² de bureaux en logements. A ce stade, elle en a déjà transformé plus 120.000m².