Difficile sortie de crise chez Areva

- ©2008 20 minutes

— 

A l'aube de leur troisième semaine de grève contre 70 suppressions de postes, les salariés d'Areva TD Montrouge (Hauts-de-Seine) réclament des compensations financières au non-paiement des jours de grève pour reprendre les négociations. « La direction veut nous imposer une prime de 700 euros étalée sur cinq mois pour sortir du conflit, mais à la seule condition que le carnet de commandes soit respecté, ce qui nous enlèverait tout moyen de pression sur les négociations futures », explique la CGT. La direction estime, elle, être « allée très loin dans ses propositions. Nous attendons des réponses pour savoir s'il est possible de sortir du conflit. »