Paris: Gay pride, Journées Olympiques, Solidays... Week-end sous haute surveillance

SECURITE Le préfet de police de Paris a annoncé le déploiement de 12.000 policiers et militaires dans Paris et la petite couronne pour assurer la sécurité sur différents événements de la capitale...

Caroline Politi

— 

La marche des fiertés sera sous haute surveillance cette année Crédit:XAVIER VILA/SIPA
La marche des fiertés sera sous haute surveillance cette année Crédit:XAVIER VILA/SIPA — SIPA
  • De nombreux événements festifs sont organisés ce week-end dans la capitale
  • 12.000 policiers et militaires sont déployés à Paris et dans la petite couronne

Pour les Parisiens, c’est la promesse d’un week-end animé et festif. Dès ce vendredi et tout au long du week-end, plusieurs manifestations sont organisées dans la capitale et ses alentours. Journées Olympiques pour soutenir la candidature de Paris en 2024, marche annuelle des Fiertés, festival Solidays, salon du Bourget ou encore ordination de nombreux prêtres sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame. Mais pour les autorités, la simultanéité de ces événements est avant tout un casse-tête sécuritaire.

>> A lire aussi : Les Jeux olympiques 2024 dans la capitale? Pour eux, c’est un grand «non»

Mercredi, le préfet de police a annoncé le déploiement de 12.000 policiers et militaires dans la capitale, dont 3.000 seront spécifiquement dédiés aux événements sur la voie publique, durant ces trois jours. Pour les Journées Olympiques comme pour la marche des Fiertés, des arrêtés préfectoraux ont été émis afin d’organiser des « zones de protection », un dispositif semblable à celui des fan-zones mises en place pendant l’Euro de football 2016. Dans ces secteurs, relativement larges, les forces de l’ordre pourront procéder à des contrôles d’identité, des palpations de sécurité, la circulation sera interdite.

Des secteurs interdits aux voitures

Ainsi, pour les Journées Olympiques, de nombreuses manifestations sont prévues tout au long du week-end autour des Invalides, sur les quais à proximité et sur le rond-point de l’Etoile (uniquement le samedi matin). « On s’attend à une grosse affluence car le but est justement de montrer la mobilisation autour de la candidature de Paris », a confié le préfet de police, Michel Delpuech, lors du point presse. Outre les contrôles de sécurité à l’entrée du périmètre, des patrouilles à pied, en VTT, à cheval ou en civil arpenteront la zone. Ces secteurs seront interdits aux voitures, des dispositifs anti-voiture bélier seront installés. Le parking des Invalides restera ouvert mais le coffre de chaque véhicule sera vérifié, précise le préfet.

Le dispositif est sensiblement le même pour la Gaypride qui ralliera Concorde à la place de la République, samedi après-midi. « La communauté valorisée par cette marche est particulièrement exposée à la menace terroriste, évidemment, mais également d’autres groupes hostiles », a précisé le préfet. Des dizaines de milliers de personnes participent chaque année à cet événement. Toutes les rues aux abords du parcours seront bouclées entre 10 heures et 21 heures. Des contrôles d’identité et des palpations seront mis en place. Le quartier du Marais, en plein cœur de Paris, fera l’objet d’une attention particulière et sera bouclé à la circulation toute la soirée.

Mercredi déjà, 3.200 policiers et gendarmes supplémentaires avaient été déployés pour la Fête de la musique. « On ne doit pas renoncer à ces événements mais le contexte nécessite de prendre des dispositions auxquels nous ne pensions pas il y a cinq ou dix ans », conclut Michel Delpuech.