Lapi aide à mieux repérer les voitures volées

Carole Bianchi - ©2008 20 minutes

— 

Avant, il fallait compter sur le flair des policiers pour repérer les voitures volées. Désormais, le « système Lapi » ou lecture automatique des plaques d'immatriculation, va mener la vie dure aux délinquants. Présenté à la presse hier, ce dispositif de caméra mobile et infrarouge installé sur le toit de voitures de police est testé depuis 2007 dans la capitale. Une fois la plaque photographiée, l'information est automatiquement comparée aux fichiers de voitures volées et sous surveillance. Si les éléments concordent, une alarme sonore et visuelle se déclenche dans la voiture. Au total, quatre véhicules, dont deux appartenant à la compagnie de sécurisation de Paris, ont été équipés du système. « Nous sommes passés de l'artisanat à un moyen technique très performant », reconnaît Robert Hatsch, chef de la compagnie de sécurisation de Paris.

La « Lapi » paraît en effet quasiment infaillible. Elle analyse entre trois et quatre plaques par seconde, de jour comme de nuit, par temps de brouillard et même sous un tunnel. En moyenne, chaque mois, 70 000 plaques sont comparées. Depuis septembre, la compagnie a détecté 132 véhicules volés. « Entre la dernière semaine de Noël et la première semaine de janvier, nous avons arrêté entre une et quatre voitures par jour. Sans la caméra, c'était un à deux véhicules par semaine. C'est incomparable », note le commandant Patrick Lunel. Le profil des voitures a aussi changé. Le nombre de véhicules de location et de camions retrouvés à augmenté. Le système Lapi est programmée pour conserver huit jours les photos lues et 31 jours les images contrôlées positives, en accord avec la Commission nationale de l'informatique et des libertés.