Migrant: Abu, récent vainqueur de la Grande Course du Grand Paris, libéré d’un centre de rétention

SOCIETE Après le lancement d’une pétition en ligne, Abubakr Abdallah, récent vainqueur de la Grande Course du Grand Paris, est sorti d’un centre de rétention…

C.An

— 

Stade de France, Saint-Denis, le 21 mai 2017. Abubakr Abdallah avant de passer la ligne d’arrivée de la Grande Course du Grand Paris // ©Ro
Stade de France, Saint-Denis, le 21 mai 2017. Abubakr Abdallah avant de passer la ligne d’arrivée de la Grande Course du Grand Paris // ©Ro — Romain Bourven
  • Abubakr Abdallah a été menacé de retourner vers l’Italie et le Soudan dans le cadre de la procédure Dublin III
  • Ses résultats sportifs devraient lui permettre d’échapper à cette expulsion

Il a gagné la Grande Course du Grand Paris entre la capitale et Saint-Denis, le 21 mai. Abubakr Abdallah, menacé d’expulsion, a été libéré d’un centre de rétention mercredi. Un soulagement pour les plus de  3.800 signataires d’une pétition lancée pour défendre la régularisation de la situation du sportif soudanais, surnommé Abu. De quoi redonner également du courage au club de Nanterre.

>> A lire aussi: La Grande Course du Grand Paris, 10 km pour rapprocher Paris et sa banlieue

Cyril Pocréaux, entraîneur, a accueilli Abu au Nanterre Athlétic Club (Hauts-de-Seine) en février. « Nous avons eu un gros coup de frayeur. Il a fallu réagir vite », commente l’entraîneur.

Mardi, Abu a été interpellé à la suite d’une convocation à la préfecture. A 10 heures, le réfugié soudanais était embarqué en centre de rétention. Le lendemain, une pétition a été postée à l’initiative d’Adidas Runners Jaurès, un groupe de street running avec qui courait Abu. Cette pétition a apporté un soutien psychologique au jeune soudanais de 19 ans.

Les démarches pour permettre à Abu de s’intégrer en France ont commencé depuis plusieurs semaines. Le président de la Fédération française d’athlétisme André Giraud, le club de Nanterre, le foyer d’hébergement et ses amis ont réussi à contrer la procédure d’expulsion. « Abu pouvait déjà prétendre à rester en France du fait de son niveau sportif », précise Cyril Pocréaux.

Son entraîneur voit au-delà de la réussite médiatique du réfugié. « La première place remportée pour la Grande Course du Grand Paris est très forte au niveau symbolique mais, s'il était naturalisé, ses résultats sur piste lui permettraient d’intégrer l’équipe de France à moyen terme. » Au mois de mai, Abubakr Abdallah se plaçait « en tête sur le bilan des courses de 1.500 et 5.000 mètres au niveau national », illustre Cyril Pocréaux. Ce dernier a tenté de percer l’histoire d’Abu avec qui il échange en anglais : le jeune homme, plutôt introverti sur son passé, a participé aux championnats du monde d’athlétisme cadet en Colombie en 2015 ainsi qu’aux championnats d’Afrique de cross junior.

Cyril Pocréau a appris mercredi à 20 heures la libération du réfugié passé par l’Italie pour rejoindre la France en 2016. « Le coureur ne sera pas renvoyé là-bas ni vers le Soudan car ses performances sportives lui permettent de sortir du cadre de la procédure Dublin III ». Le préfet des Hauts-de-Seine lui donne le droit de demander l’asile en France. Ceci au titre d’une clause discrétionnaire ouverte également aux personnes en situation de vulnérabilité.