Paris: Un street artist s’oppose à la récupération de son œuvre par La République en marche

POLEMIQUE Christian Guémy, alias C215, s’insurge contre l’utilisation qu’a été faite d’une de ses œuvres d’art par un référent de la République en marche dans le 13e arrondissement…

C.An

— 

L'artiste Christian Guémy défend les droits à la propriété intellectuelle et de panorama des œuvres postées sur les réseaux sociaux.
L'artiste Christian Guémy défend les droits à la propriété intellectuelle et de panorama des œuvres postées sur les réseaux sociaux. — Compte Instagram de Christian Guémy
  • Philippe Zaouati, référent d’En marche ! dans le 13e arrondissement de Paris a modifié et utilisé l’image d’un street artist pour agrémenter son compte Twitter
  • Le graffeur C215 s’insurge contre le « détournement » de son œuvre d’art

Une inscription « En Marche ! » ajoutée à une œuvre d’art. « L’image a été modifiée pour qu’un slogan idéologique y soit intégré. C’est une faute politique », commente l’artiste Christian Guémy, au sujet de la photo du compte Twitter d’un référent deLa République en marche.

>> A lire aussi :Elle poursuit ses parents en justice pour avoir publié des photos d'elle enfant sur Facebook

Le droit à l’image sur les réseaux sociaux

Selon le street artist, ce référent, Philippe Zaouati, avait trouvé cette image postée sur les réseaux sociaux. L’œuvre qu’il a reprise, « réalisée en 2012 de manière bénévole sur un des murs d’un collège parisien, dans le 13e arrondissement » a été visible durant deux ans.

Connu dans le milieu du graff sous l’appellation C215, il ne supporte pas que Philippe Zaouati ait détourné ce dessin sur son compte Twitter. L’artiste a exprimé son désaccord sur son compte Instagram. Christian Guémy veille au soutien du droit moral des œuvres, « qu’elles soient exposées dans la rue, ou de manière virtuelle, sur Internet ».

Investi dans la défense des droits de propriété individuelle et de panorama, il fait partie de l’Association des auteurs dans les arts graphiques et plastiques, « la Sacem des artistes visuels ». Le graffeur souhaite « disposer du devenir de ses œuvres ». Surtout, il s’oppose à « la réutilisation d’une image pour un autre usage, notamment par les entreprises, associations et organisations politiques ».

>> A lire aussi: Réseaux sociaux et photos, quels sont vos droits?

« Un hommage en utilisant ses œuvres »

La liberté de panorama interdit toute reproduction d’œuvres à caractère commercial. Dans cette perspective, Maître Vanessa Bouchara estime que « l’utilisation de la création de Christian Guémy par un parti politique ne serait pas acceptable ». L’avocate spécialiste de la propriété intellectuelle considère qu’il s’agit d’une atteinte au droit de propriété intellectuelle, y compris le droit moral, de l’artiste.

>> A lire aussi : Un street artist remplace les portraits des candidats par des «Monsieur Madame»

En référence au communiqué du comité d’En marche ! du 13e arrondissement de Paris publié sur son compte Facebook, Maître Bouchara dénote « une reconnaissance de l’atteinte aux droits de l’artiste ». Le comité a indiqué avoir « une grande estime pour le travail de C215 » et qu’il pensait « lui rendre un hommage en utilisant ses œuvres ». Les membres du parti avaient juste omis de « demander une autorisation » à celui qui se décrit comme « artiste visuel ».