Attaque à Notre-Dame: Un Américain raconte le confinement dans la cathédrale

SOCIETE Matthew Currie Holmes, un Américain de 42 ans, se trouvait à l’intérieur de Notre-Dame de Paris quand les portes se sont soudain fermées…

C.An

— 

Paris, le 6 juin 2017. Matthew Currie Holmes a pris en photo la scène où les visiteurs de la cathédrale de Notre-Dame devaient lever les mains sur ordre de la police.
Paris, le 6 juin 2017. Matthew Currie Holmes a pris en photo la scène où les visiteurs de la cathédrale de Notre-Dame devaient lever les mains sur ordre de la police. — Compte Twitter de Matthew Currie Holmes

Cet Américain a pris le pouls d’une Europe menacée. Matthew Currie Holmes se trouvait à Londres au moment de l’attaque terroriste sur le pont de Westminster, au mois de mars. Ce mardi, il visitait la cathédrale Notre-Dame. Comme des centaines de personnes, il a supporté un confinement d’environ une heure, à la suite de l’agression d’un policier au marteau.

>> A lire aussi: Que sait-on de l'agression d'un policier à Notre-Dame de Paris?

D’abord, rester assis et calme, puis lever les mains

Il a entendu les sirènes de la police et a appris grâce à Twitter ce qu’il se déroulait sur le parvis de la cathédrale : l’agression d’un policier par un homme armé d’un marteau. Par sécurité, les portes de Notre-Dame ont été fermées. A l’intérieur, tous ont obéi aux consignes de la police. D’abord, de rester assis et calme. Ensuite, de lever les mains. Matthew Currie Holmes a pris des clichés de ce moment.

>> A lire aussi: «Son collègue a réagi avec sang froid», félicite Gérard Collomb après l'agression d'un policier à Notre-Dame

A partir de 18 heures, les personnes ont formé des rangs et ont pu quitter les lieux. Toutes ont été fouillées, selon Matthew Currie Holmes, producteur de film. Cet homme de 42 ans a pu sortir de la cathédrale, un quart d’heure après. Il souhaitait immortaliser cette sortie par une photo mais n’en a posté aucune. La Brigade de recherche et d’intervention (BRI) sécurisait encore le secteur après les tirs d’un policier sur l’agresseur.