Education Le conseil général du Val-de-Marne inaugure samedi son «collège de demain»

© 20 minutes

— 

Une architecture façon Le Corbusier. A l’intérieur, des espaces modernes, lumineux et colorés. C’est à Créteil. C’est un collège. Baptisé Simone de Beauvoir, le nouvel établissement accueille 620 élèves depuis septembre. Fierté du conseil général du Val-de-Marne, ce «collège de demain» sera officiellement inauguré samedi. Le site a été conçu à partir d’une étude sociologique menée en 1999 dans 14 collèges du département. A l’époque, de meilleures capacités d’accueil, l’intégration des nouvelles technologies et des aménagements propices au rapprochement entre collégiens et professeurs avaient été plébiscités par les élèves et les enseignants interrogés. Les murs sont bleu-gris pour inciter au calme, et orange dans les endroits dynamiques comme les escaliers. «Un beau collège, c’est un atout pédagogique», fait valoir le conseil général. «C’est vrai que c’est joli», concède Christophe Gautier, professeur de technologie. Mais le compliment s’arrête là. L’enseignant se plaint du manque d’ordinateurs. «On a un labo de langues bien équipé, mais personne n’est formé pour l’utiliser.» Un autre juge les salles trop exiguës. Les architectes, Bernard Valero et Frédéric Gadan, ont organisé la circulation pour favoriser la fluidité et les rencontres. «Les élèves se planquent partout dans les ailes», constate pour sa part le prof. Dans la salle de physique, il y a bien un ballon d’eau chaude, mais pas de robinet correspondant. Et l’évier est «trop étroit». Beaucoup critiquent aussi l’acoustique, au point de fuir la salle des profs. Les collégiens, eux, semblent plutôt contents. «Ça donne envie d’y aller», estime Nagy, en 3e. Quant aux filles, elles sont surtout flattées de voir leurs prénoms immortalisés sur la façade à l’entrée dans le cadre d’une œuvre d’art dédiée aux femmes. Consignée dans une charte, la démarche qui a précédé la réalisation de Simone de Beauvoir (pour un coût de 16 millions d’euros), fait désormais figure de modèle pour l’ensemble des collèges du département. Virginie Cuisinier