Anne Hidalgo lance Dès Demain, un mouvement de citoyens pour «agir»

MOUVEMENT La maire de Paris, Anne Hidalgo, a lancé jeudi soir son mouvement, au moment où Donald Trump annoncait la sortie des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat...

R.L. avec AFP

— 

Anne Hidalgo à Paris le 2 décembre 2015.
Anne Hidalgo à Paris le 2 décembre 2015. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Anne Hidalgo a lancé jeudi soir à Paris son mouvement« Dès Demain » en insistant sur les « solutions » que villes, entreprises ou citoyens peuvent porter en matière de changement climatique. Et ce, au moment où Donald Trump annonçait la sortie des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat.

>> Lire aussi. Pourquoi l'accord de Paris va survivre au retrait américain

« Ce n’est pas un courant du parti socialiste »

« Dès Demain n’est pas un parti politique, ce n’est pas un courant du parti socialiste », a affirmé la maire PS de Paris qui avait annoncé le 10 mai dernier le lancement de ce mouvement humaniste, « c’est un mouvement de citoyens qui peut agir et faire bouger les choses ».

>> Lire aussi. Hidalgo, Aubry, Taubira et d'autres lancent leur mouvement «Dès demain»

« L’actualité nous offre la démonstration de son utilité », a ajouté Anne Hidalgo. L’accord de Paris n’aurait « jamais été conclu sans l’irruption de la société civile, des ONG, des villes, des entreprises, des syndicats », a ajouté la maire de Paris qui avait réuni quelque 200 des premiers adhérents de « Dès Demain » sur les berges de Seine rendues depuis l’été dernier aux piétons.

Ces acteurs, rassemblés dans ce mouvement soutenu également en Europe, peuvent « porter une mosaïque de solutions », a-t-elle indiqué en précisant queles maires du C40, le réseau de villes qu’elle préside, « vont continuer à appliquer cet accord » de Paris.

Quelque 10.000 personnes, acteurs associatifs, artistes, politiques, maires, etc, ont signé sur Facebook la tribune lançant le mouvement, selon Anne Hidalgo.

Par ailleurs, l’Hôtel de Ville de Paris a été éclairé en vert jeudi soir pour « marquer la désapprobation » de la capitale française et d’Anne Hidalgo à la décision de Donald Trump.