Blocage électrique chez Areva à Montrouge

Carole Bianchi - ©2008 20 minutes

— 

L'occupation jour et nuit de l'usine Areva TD à Montrouge (Hauts-de-Seine) n'a pas plu à la direction. Cet après-midi, 31 salariés en grève sont assignés devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour avoir entravé l'entrée du site. Depuis le 11 janvier, quelque 70 employés grévistes bloquent l'accès pour protester contre la fermeture annoncée du site Areva Transformation et Distribution Montrouge, spécialisé dans la fabrication de transformateurs électriques. Au total, 89 emplois sont menacés.

Alors que des négociations se poursuivaient hier en comité d'entreprise, les grévistes ont manifesté pour réclamer la suspension de ces assignations, qui provoquent, selon eux, des tensions supplémentaires. « On ne peut pas autoriser cette occupation par principe. S'il y avait le moindre incident, que se passerait-il ? », justifie la direction. « Sans émettre d'autres propositions, vous faites intervenir la justice. Areva TD aurait tout à gagner d'une sortie de conflit dans la négociation », a réagi hier Marie-Hélène Amiable, députée communiste des Hauts-de-Seine et maire de Bagneux.

Ce site d'Areva devrait cesser toute activité d'ici à août 2008, en raison de pertes économiques trop importantes selon la direction. Mais les salariés, qui réclament de meilleures conditions de reclassement, ne l'entendent pas ainsi. « La situation financière est un alibi. Ce site ferme car il ne correspond pas à la stratégie industrielle du groupe. Tout le monde en a gros sur la patate », remarque Patrick Frémont, cadre commercial en grève. Aujourd'hui, une délégation devrait être reçue par le cabinet de la ministre de l'Economie.