Val-d’Oise: La France insoumise s’estime capable de devenir «la force majoritaire»

LEGISLATIVES La moitié des députés du Val-d’Oise briguent un nouveau mandat. Au sein des dix circonscriptions, 154 candidats s’affrontent pour le premier tour des législatives…

C.An

— 

Paris, le 23 avril 2017. Au premier tour de l'élection présidentielle, La  France insoumise se situait juste derrière Emmanuel Macron dans le Val-d'Oise.
Paris, le 23 avril 2017. Au premier tour de l'élection présidentielle, La France insoumise se situait juste derrière Emmanuel Macron dans le Val-d'Oise. — NICOLAS MESSYASZ
  • La France insoumise, arrivée 2e dans le Val-d’Oise au premier tour de la présidentielle, espère que ces électeurs vont reporter leur vote pour les législatives
  • L’éventualité de retrouver La République en marche ! et la France insoumise au coude à coude pour les législatives est réelle dans certaines circonscriptions

La France insoumise (LFI) vs La République en marche (LREM). Le parti de Jean-Luc Mélenchon (23,97 %) talonnait Emmanuel Macron (25,31 %) au premier tour de la présidentielle dans le Val-d’Oise. Un résultat bien présent à l’esprit des candidats aux législatives prévues les 11 et 18 juin prochains. « Si nos électeurs revotent pour nous, LFI sera au second tour dans toutes les circonscriptions. Nous pouvons devenir la force majoritaire », considère Julien Foucou, membre du conseil national du Parti de gauche. Le temps d’un raz de marée qui emporte les vieux de la politique ?

>> A lire aussi: Selon un sondage, En marche! serait en tête au 1er tour devant les Républicains et le FN

Un nouvel échiquier politique local. Lors des législatives de 2012, les partis de gauche avaient remporté six des dix circonscriptions. L’UMP avait récupéré les autres, c’est-à-dire les 1re, 2e, 6e et 7e circonscriptions. La moitié des députés actuels se représentent et ce sont 154 candidats de tous horizons qui s’affrontent.

>> Résultat du premier tour de la présidentielle dans la 10e circonscription du Val-d’Oise.

Au sein de la 10e circonscription, Virginie Tinland (LR) affronte Dominique Lefebvre, président de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, député socialiste déjà en place. Face à ce duel gauche - droite,La République en marche tente une percée. Aurélien Taché, 32 ans, incarne le renouveau politique dont se réclame le parti. « Je n’ai pas fait de grandes études, je n’ai pas fait l’ENA. Après avoir été plombier, j’ai repris des études de droit et j’ai passé des concours dans la fonction publique », déclare-t-il dans une de ces vidéos de campagne. La France insoumise aussi a des ambitions pour ce siège. 

>> A lire aussi: Dans les Hauts-de-Seine, La République en marche à l'assaut des Républicains

Des personnalités qui se démarquent. La République en Marche réunit 5.000 adhérents dans le Val-d’Oise et n’est absente que dans une seule circonscription : la 8e. Ce secteur est également déserté par Les Républicains. Cependant, le député-maire de Sarcelles, François Pupponi (PS), s’oppose à un candidat indépendant, le fondateur du Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF). Samy Debah, natif de Garges-lès-Gonesse et professeur d’histoire-géographie, se présente sans étiquette mais défend une politique sociale.

>> Résultat du premier tour de la présidentielle dans la 8e circonscription du Val-d’Oise.

Toujours dans cette circonscription, trois écologistes sont en lice : Navaz Mouhamadaly (Mouvement écologiste indépendant), Farid Saidani (Ecologiste) et Laetitia Zidee (EELV). Pour se démarquer, un de ces candidats a sorti l’attirail pour faire campagne : une trottinette.

Se battre pour un programme. Dans les colonnes du Parisien, après les résultats du premier tour où Fillon avait obtenu 17,54 % des votes, Axel Poniatowski, l’unique député LR qui se représente en juin prochain (dans la 2e), s’était prononcé sur les législatives. « On va véritablement être dans le registre des propositions et des programmes » avait-il annoncé. Idée bien reprise par la France insoumise (LFI), Julien Foucou, son coordinateur de campagne dans la première circonscription. « Il ne s’agit pas de rassembler la gauche mais de fédérer le peuple autour d’un programme ». Dans le Val-d’Oise, la France insoumise s’oppose au projet de centre commercial et de loisirs d’Europa City, réclame le maintien de la ligne J du Transilien entre Gisors et Pontoise et a élaboré 300 mesures, notamment autour de l’emploi. Pour faire poids face à La République en marche.