Législatives: Dans les Hauts-de-Seine, La République en marche à l'assaut des Républicains

POLITIQUE Ils sont 213 candidats à prétendre à l’un des 13 sièges de députés dans le département des Hauts-de-Seine…

Caroline Politi

— 

Assemblée nationale (illustration).
Assemblée nationale (illustration). — NICOLAS MESSYASZ / SIPA
  • Depuis 2012, huit des treize circonscriptions sont à droite
  • Les scores d’Emmanuel Macron à la présidentielle laisse présager des basculements dans plusieurs circonscriptions
  • La France insoumise pourrait ravir des circonscriptions au PS

Au second tour de la présidentielle, le score d’Emmanuel Macron avait été sans appel dans les Hauts-de-Seine : 85,6 %. A Sceaux, Boulogne ou Neuilly, le candidat d’En Marche a même raflé près de 89 % des voix. Pour autant, le parti – rebaptisé La République en marche – parviendra-t-il à renverser l’ordre établi dans ce département traditionnellement à droite ? Tour d’horizon.

La République en marche en embuscade. Les Hauts-de-Seine sont traditionnellement un département de droite. Même lors de la vague « rose » de 2012, les électeurs avaient choisi dans huit des treize circonscriptions, un député Les Républicains, UDI ou divers droite. Le Parti socialiste avait gagné quatre sièges et la Gauche citoyenne un.

Mais depuis les cartes ont été rebattues et le paysage politique s’est profondément métamorphosé, aussi bien à l’échelle nationale que locale. A en croire les résultats du premier tour de la présidentielle, les candidats de La République en marche seraient en mesure de se qualifier au second tour dans toutes les circonscriptions. Et certaines pourraient basculer. Dans la 10e (Boulogne Sud – Issy-les-Moulineaux – Vanves), fief de l’UDI André Santini depuis 1988 (qui ne se représente pas), Emmanuel Macron a obtenu 35,7 % au premier tour de la présidentielle à Vanves et 37 % à Issy-les-Moulinaux. A noter également, l’humoriste et imitateur Gérald Dahan se présente dans ce secteur pour La France insoumise.

>> Résultat du 1er tour de la présidentielle dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine

Un fort ancrage Les Républicains. Le parti reste néanmoins optimiste, arguant que les bons scores d’Emmanuel Macron sont avant tout le symbole d’une opposition à François Fillon, plus qu’une désaffection. Le risque d’un basculement est relativement faible pour au moins trois circonscriptions – la 6e (Neuilly-Puteaux), la 7e (Rueil-Garches-Saint-Cloud) et la 9e (Boulogne-Billancourt) – dans lesquelles François Fillon est arrivé largement en tête au premier tour de la présidentielle.

Dans la 9e circonscription, Thierry Solère (presque) seul en piste. Au coup sûr, les caciques des Républicains auront à l’œil les résultats de la 9e circonscription (Boulogne-Billancourt) où se présente Thierry Solère. Récemment évincé du conseil régional d’Ile-de-France en raison de sa proximité avec La République en marche, le député est à l’origine d’un appel des élus de droite et du centre à « répondre à la main tendue » d’Emmanuel Macron. Il a notamment annoncé qu’il voterait la confiance au gouvernement d’Edouard Philippe. LREM n’a pas investi de candidat face à lui.

>> Résultat du 1er tour de la présidentielle dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine

La France insoumise en ordre de bataille. Lors des élections législatives de 2012, le Front de gauche n’avait raflé qu’une circonscription, la 4e, située à cheval entre Nanterre et Suresnes. Jacqueline Fraysse, qui était à sa tête ne se représente pas mais tous les espoirs sont permis pour le parti de la France insoumise. Dans le chef-lieu, Jean-Luc Mélenchon a raflé 36,3 % des voix, mais la partie n’est pas pour autant gagné car à Suresnes, Emmanuel Macron s’est qualifié au second tour de la présidentielle avec 34 % des voix. En revanche, à Genevilliers (1re circonscription, actuellement PS), le leader de la France insoumise est arrivé largement en tête au 1er tour avec 47 % des voix. De même, le parti espère reprendre au PS la 11e circonscription – Bagneux, Malakoff et Châtillon – après les bons scores de Jean-Luc Mélenchon dans les deux premières villes (36 % et 32,8 %).

>> Résultat du 1er tour de la présidentielle dans la 4e circonscription des Hauts-de-Seine

Le FN à la traîne. Dans les Hauts-de-Seine, comme partout en Ile-de-France, le Front national a fait un score très bas au second tour de la présidentielle, 14,4 % (7,6 % au premier tour). Peu de chances donc de voir une circonscription basculer lors de ce scrutin. Néanmoins, le FN a investi des candidats dans onze des treize circonscriptions (exception faite de la 2e et de la 9e).