Seine-Saint-Denis: La BAC met fin au tournage sauvage du clip «Oh bah oui» de Lacrim et Booba

SOCIETE Le tournage d’un clip sauvage des deux rappeurs a déclenché des tirs de projectiles des participants contre les forces de l’ordre qui ont répliqué avec des grenades lacrymogènes…

C.An

— 

Le chanteur Booba a interprété un clip sauvage dimanche à Aulnay-Sous-Bois (illustration).
Le chanteur Booba a interprété un clip sauvage dimanche à Aulnay-Sous-Bois (illustration). — SYSPEO

Un deuxième tournage sauvage d’un clip de rap interrompu à Aulnay-sous-Bois. Après celui du chanteur Fianso, c'est celui de Booba et Lacrim qui a été écourté par l’intervention des policiers de la brigade anti-criminalité, dimanche, rapporte Le Parisien. La scène s’est déroulée dans le quartier des Etangs dans la commune de Seine-Saint-Denis où l’affaire Théo avait éclaté en février.

>> A lire aussi : Fianso jugé pour le tournage sauvage d'un clip à Aulnay-sous-Bois

Un spectacle pour 150 personnes

Environ 150 personnes étaient rassemblées autour des deux chanteurs. Des jets de fumigènes ont été lancés du toit du centre commercial du quartier. Rendus sur place, les policiers de la Bac ont été reçus par des jets de projectile. Ils ont répondu avec des grenades lacrymogènes pour disperser la foule venue assister au tournage d’Oh bah oui, un des titres de Force et Honneur de Lacrim.

>> A lire aussi: Etats-Unis, argent, egotrip... Emmanuel Macron et Booba, même philosophie?

Toujours selon le journal régional, dans la soirée, des feux de poubelles ont ensuite été relevés. Le mât d’une caméra de vidéosurveillance a lui été attaqué pour la seconde fois du week-end.