Législatives: «Seine-Saint-Denis Style»... François Asselineau candidat dans le 9-3

POLITIQUE Le candidat souverainiste se présente dans une circonscription où le nombre de voix en faveur de la sortie de l’UE a connu une forte progression…

C.An

— 

François Asselineau, candidat de l'UPR.
François Asselineau, candidat de l'UPR. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • Il a réuni 0,92% des suffrages au premier tour de la présidentielle
  • La 10e circonscription comprend les villes d’Aulnay-sous-Bois, de Pavillons Sous-Bois et de Bondy sud-est

Il a obtenu 1 % des voix à l’élection présidentielle. François Asselineau, candidat souverainiste, a annoncé jeudi qu’il se présentera aux législatives dans la 10e circonscription de Seine-Saint-Denis.

>> A lire aussi: Quand Asselineau reproche à Macron d’être «toujours d'accord avec tout le monde»

« Candidat de la libération nationale »

Au premier tour de l’élection présidentielle, cet ancien inspecteur des Finances de 59 ans, avait réuni 0,92 % des suffrages. Il se décrit comme le « candidat de la libération nationale », prône la sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan. François Asselineau, promet un programme « fondé sur la création d’emplois, la justice sociale et la justice tout court, la sécurité, le logement, l’honnêteté en politique et la fin de la participation de la France à des guerres néocoloniales ».

La circonscription, qui comprend les villes d’Aulnay-sous-Bois, de Pavillons Sous-Bois et de Bondy sud-est, est aussi celle « où le nombre de voix en faveur du "Frexit" [sortie de la France de l’UE, ndlr] a connu la plus forte progression par rapport aux élections régionales de décembre 2015 », argumente François Asselineau. « Nous sommes passés de 246 à 967 voix, soit une hausse de +293 % », précise-t-il.

Président du petit parti Union populaire républicaine (UPR), il explique avoir réalisé « l’un de ses meilleurs scores à l’élection présidentielle », soit 2,02 % des suffrages, dans cette circonscription, actuellement détenue par le socialiste Daniel Goldberg. Il se dit « particulièrement heureux et fier » de se présenter devant les électeurs de cette circonscription, « dont une forte proportion constituée de Français issus de l’immigration » et ambitionne de « leur redonner foi en la France ».