Paris: Les «cadenas d’amour» vendus aux enchères comme des œuvres de street art

INSOLITE La vente aux enchères des cadenas fixés sur les ponts de Paris est prévue samedi au Crédit municipal de Paris. Des preuves d’amour devenues des objets d’art…

Camille Anger

— 

Cadenas restés sur les grilles du pont des Arts. Une œuvre de deux mètres de large estimée à environ 8 000 euros.
Cadenas restés sur les grilles du pont des Arts. Une œuvre de deux mètres de large estimée à environ 8 000 euros. — C.ANGER
  • 100 000 euros minimum devraient être récupérés de cette vente aux enchères.
  • Des artistes et des touristes se sont déjà positionnés sur certains lots.

Des « cadenas d’amour » en grappe ou sur des grilles. Au Crédit municipal de Paris, une exposition unique de ces cadenas posés auparavant sur les ponts de Paris se déroule de mercredi à samedi, jour de leur vente aux enchères.

>> A lire aussi: Les cadenas d’amour vendus aux enchères au profit des réfugiés

Les fonds récoltés par la vente seront reversés à trois associations au profit des réfugiés. L’Armée du salut, Emmaüs solidarité, et Solipam devraient se partager « au minimum 100 000 euros », selon Mathilde Bellour-Cordelier, experte dans l’organisation des ventes aux enchères au Crédit municipal de Paris qui lancera les « adjugé » samedi. « C’est le fruit d’un travail collaboratif, de la recup devenu street art », commente la commissaire-priseur.

Des objets d’art

Lorsque la Ville de Paris a dû retirer ces grilles remplies de cadenas, devenues dangereuses, il a fallu stocker quelque 70 tonnes de métaux. Pour s’en débarrasser, l’idée d’une vente en enchères est née dès le début de l’année 2016.

>> A lire aussi : L'amour est bel et bien fini entre la Mairie de Paris et les cadenas

Un an après, les agents ont effectué un travail de sélection et de mise en forme des cadenas. Mathias Roy, de la direction du patrimoine et de l’architecture de la Ville de Paris, a été chargé de « mettre en forme les cadenas ». Il a repéré « les motifs et formes les plus remarquables ». Des grappes de cadenas plus ou moins rouillés sont ainsi magnifiées, posées sur un arceau de fer, lui-même fixé sur des planches de bois ou un pavé de la capitale. Le lycée Hector-Guimard a assuré la partie métallique.

Paris, le 10 mai 2017. Les « cadenas d'amour » mis en forme pour une vente aux enchères samedi.
Paris, le 10 mai 2017. Les « cadenas d'amour » mis en forme pour une vente aux enchères samedi. - C.ANGER

« Des artistes se sont déjà positionnés sur les grilles », annonce Bruno Julliard, premier adjoint de la Mairie de Paris lors du lancement de l’exposition. Des grilles de 470 kg en provenance du pont des Arts ou du pont de l’Archevêché. Des Américains et des Italiens sont également inscrits sur la liste des acheteurs potentiels pour  l’interenchère de samedi.

Une vente rare

« Ces cadenas représentent des preuves d’amour pour couvrir des besoins vitaux », explique Bruno Morel, directeur d’Emmaüs solidarité. L’argent perçu sur la vente des 150 grappes et des deux grilles va permettre « de végétaliser l’extérieur du centre pour familles migrantes à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) et de poser des aires de jeux ». De son côté, l’Armée du salut « offrira un baby-foot aux réfugiés ».

La vente aux enchères est prévue de 15 à 18 heures samedi au Crédit municipal de Paris. L’exposition est ouverte de mercredi à vendredi entre 10 et 16 h, samedi de 10 à 13 h.