Yvelines : La police traque un homme suspecté de régler ses comptes à la kalachnikov

ENQUETE Le parquet a annoncé l’ouverture de deux informations judiciaires, l’une pour assassinat, l’autre pour tentative d’assassinat…

Caroline Politi

— 

La police judiciaire de Versailles enquête sur l'individu suspecté d'avoir blessé deux hommes à Trappes et tué un autre à Plaisir entre samedi et mardi (Illustration).
La police judiciaire de Versailles enquête sur l'individu suspecté d'avoir blessé deux hommes à Trappes et tué un autre à Plaisir entre samedi et mardi (Illustration). — Elisa Frisullo / 20 Minutes
  • Un homme, suspecté d’un assassinat et de deux tentatives, est activement recherché.
  • Deux informations judiciaires ont été ouvertes lundi par le parquet de Versailles.
  • La piste du règlement de compte est évoquée.

Un assassinat et deux tentatives en quatre jours. Un mode opératoire similaire - des tirs à l’arme automatique - et un champ d’action réduit entre Trappes et Plaisir, dans les Yvelines. Depuis samedi, la police judiciaire de Versailles traque un homme suspecté d’être à l’origine de trois fusillades, dont l’une s’est avérée mortelle. « Ce n’est pas un fou qui ouvre le feu sur n’importe qui, les victimes sont visiblement ciblées », précise à 20 Minutes une source proche du dossier. Un avis de recherche, diffusé partout en France, décrit l'individu comme «armé et très dangereux».

>> A lire aussi : Règlements de comptes dans les Yvelines: La PJ à la recherche d'un suspect

Le parquet a annoncé ce mardi l’ouverture de deux informations judiciaires contre X, l’une pour assassinat et l’autre pour tentative d’assassinat. Une enquête en flagrance a été ouverte concernant la dernière fusillade. Au cœur des recherches : un homme de 33 ans, père de deux enfants en bas âge, déjà bien connu des services de police. Selon nos informations, le suspect, originaire de Trappes, a été condamné à 14 reprises, « principalement pour des faits de violence ». Son casier comporte notamment plusieurs mentions pour des violences conjugales et deux fois pour s’en être pris aux forces de l’ordre. L’homme, qui co-dirigeait une entreprise de colis à Trappes, était sorti de prison il y a un près d’un an.

Chasse à l’homme

L’affaire démarre samedi soir, surle parking d’un Burger King, à Plaisir. Vers 21h30, le suspect ouvre le feu à la kalachnikov sur un individu assis dans une Citroën DS3. Onze balles traversent le pare-brise et le touchent mortellement au niveau du cou et du thorax. La victime, âgée de 35 ans et originaire de Trappes, était connue pour trafic de drogue, mais les faits remontent à 2010. « Nous avons aujourd’hui acquis la certitude que le tireur et la victime se connaissaient », indique notre source. Selon Le Parisien, il pourrait s'agir de son ancien beau-frère, une information que refuse de confirmer les autorités. 

Le meurtrier a le temps de prendre la fuite, à bord d’une camionnette blanche, mais refait surface le lendemain, dans la ville voisine de Trappes. Dans la nuit de dimanche à lundi, à 0h35 du matin, près du square Paul-Langevin, un homme de 31 ans, également connu pour trafic de stupéfiants, est retrouvé caché dans une cage d’escalier. Il vient d’essuyer une rafale de kalachnikov et est grièvement blessé à une jambe. Une nouvelle fois, le tireur, identifié par un témoin, est parvenu à prendre la fuite.

Jusqu’au lendemain. Le scénario est quasiment identique. Un homme de 21 ans, a été la cible d’une attaque à l’arme automatique près du square Vincent Van Gogh, toujours à Trappes. Grièvement touché par plusieurs balles dans les jambes, c’est lui-même qui a désigné le tireur du « Burger King » comme étant son agresseur. La victime est également connue des enquêteurs pour des affaires de drogue.

Des motivations floues

Si les motivations du tireur sont encore floues, les enquêteurs s’orientent vers la piste d’un règlement de compte, « soit d’ordre privé soit sur fond de trafic de drogue ». Le casier judiciaire du principal suspect ne comporte aucune mention de condamnation pour trafic de stupéfiants mais le profil des victimes ainsi que son environnement en font une « hypothèse de travail sérieuse ». Il pourrait également s'agir d'un homme qui règle ses comptes avec d'anciennes connaissances.