Paris: Les migrants évacués de la Porte de la Chapelle seront relogés

REFUGIES Une partie des migrants, délogés ce mardi, ont été provisoirement évacué vers l'ancienne patinoire de Cergy, reconvertie en centre social...

20 Minutes avec AFP

— 

Paris, le 9 mai 2017. Après l'évacuation des 1.600 migrants installés Porte de la Chapelle, des solutions d'hébergement seront proposées.
Paris, le 9 mai 2017. Après l'évacuation des 1.600 migrants installés Porte de la Chapelle, des solutions d'hébergement seront proposées. — Michel Euler/AP/SIPA

« Le printemps risque d’être difficile », s'inquiète ce mardi le directeur général d’Emmaüs Solidarités, Bruno Morel. Dans la matinée, les quelque 1600 migrants du campement situé près de la porte de la Chapelle à Paris ont été délogés. Les campements, constitués essentiellement d'Afghans, de Soudanais et d'Erythréens, s'étaient installés depuis plusieurs semaines dans des conditions d'hygiène et de sécurité déplorables, sous les ponts de l'autoroute A1 et entre les voies d'accès au périphérique autour du centre voisin destiné aux migrants. 

Une prise en charge dans les centres de la région

Les migrants « vont tous être pris en charge dans des centres dans la région avec un examen de leur situation administrative dans les jours qui viennent, et ils vont ensuite aller en CAO » (Centres d’accueil et d’orientation), a indiqué la ministre du Logement Emmanuelle Cosse. Outre les conditions insalubres, les tensions communautaires inquiétaient aussi les pouvoirs publics. Une rixe brutale en pleine nuit avait fait plusieurs blessés légers à la mi-avril.

>> A lire aussi: Evacuation de campements de migrants installés porte de la Chapelle

L'opération, dite de «mise à l'abri», mobilise 350 fonctionnaires de police ainsi qu'une centaine de personnels de la ville de Paris, d'Emmaüs Solidarités, de France Terre d'Asile ou encore de l'Office français d'immigration et d'intégration (Ofii), selon les préfectures.

150 migrants accueillis à Cergy

Parmi les structures trouvées, l’ancienne patinoire de Cergy, dans le Val d'Oise. Environ 150 migrants y sont accueillis, ce mardi, à la suite d’une réquisition de la préfecture, rapporte Le Parisien. La gestion de centre d’accueil de migrants provisoire a été confiée à l’association Espérer 95. Le séjour des migrants ne devrait pas excéder un mois dans l’ex-patinoire.

C'était la plus grosse opération de ce type organisée depuis l'évacuation, le 4 novembre, du gigantesque bidonville de la place Stalingrad, qui avait permis la «mise à l'abri» de près de 4.000 personnes. L'ouverture, dans la foulée, du centre humanitaire de la Porte de la Chapelle devait empêcher la reconstitution de ce genre de campement en offrant aux migrants une alternative à la rue, avant de les orienter vers des structures dans toute la France où ils peuvent, le cas échéant, préparer une demande d'asile.