VIDEO. Greenpeace déploie une banderole contre le FN sur la tour Eiffel

PRESIDENTIELLE L'organisation de défense de l'environnement veut marquer les esprits avant le second tour de la présidentielle...

20 Minutes avec AFP
— 
Greenpeace a déployé une banderole anti-FN sur la tour Eiffel ce 5 mai 2017.
Greenpeace a déployé une banderole anti-FN sur la tour Eiffel ce 5 mai 2017. — Jacques DEMARTHON / AFP
  • L’organisation de défense de l’environnement a déployé une banderole sur la tour Eiffel
  • Greenpeace met en garde contre le Front national, trois jours avant le second tour de la présidentielle

Des militants de Greenpeace ont déployé ce vendredi matin une banderole contre le Front national sur la tour Eiffel, affichant la devise « Liberté Egalité Fraternité ». Ce qui révèle des problèmes de sécurité...

>> A lire aussi : Le Front national a-t-il vraiment changé?

Cette action menée à deux jours du second tour de la présidentielle vise à « mettre en garde contre le projet de Marine le Pen et ce qu’il représente comme risques pour les associations et au-delà », a déclaré à la presse Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France.

« Résurgence des nationalismes »

Outre la devise de la République française, la banderole de 30 mètres sur 10 porte le nom de l’organisation environnementale et la mention #resist, en lettres noires sur fond jaune. Elle est suspendue entre deux piliers de la tour, sous le premier étage. « Liberté, égalité, fraternité : il est plus qu’urgent de défendre ces valeurs, particulièrement menacées par le Front national », a indiqué Jean-François Julliard. « Les défendre est indispensable pour mener à bien notre combat environnemental », a-t-il ajouté.

« Greenpeace s’inquiète de ces temps de résurgence des nationalismes, en Turquie, en Hongrie et des risques de restriction de la liberté d’association. C’est dans notre mission de nous y opposer », a déclaré M. Julliard. « Un monde écologique, en paix, passe par (la nécessité de) s’opposer à tout ça », a-t-il dit.

«Dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité du monument»

Une action qui pose problème alors que les mesures de sécurité devraient être très importantes dans le contexte de risque terroriste... Le déploiement d'une banderole contre le Front national par des militants de Greenpeace sur la tour Eiffel révèle des «dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité du monument» à un moment où la menace djihadiste reste très élevée, a déclaré vendredi la préfecture de police de Paris.

«Le préfet de police a provoqué une réunion (vendredi) à 10h30, avec la Ville de Paris et la Société d'exploitation de la Tour Eiffel afin d'analyser les faits, d'en tirer les enseignements, et d'adapter en conséquence les instructions qui s'imposent au regard des responsabilités de chacun», a informé la préfecture dans un communiqué.

La Mairie de Paris condamne cette action

La mairie de Paris «ne peut que condamner» l'action de Greenpeace, ce qui «interroge sur le dispositif de sécurité», a-t-elle dit dans un communiqué. «Si la Ville de Paris se retrouve dans un certain nombre des causes défendues par cette organisation internationale reconnue pour son engagement écologique et social, elle ne peut toutefois que condamner l'action qui a été conduite ce matin, en toute illégalité», déclare la mairie. «Il n'est pas admissible qu'un monument comme la tour Eiffel, emblème de Paris, bien commun des Parisiens et de l'ensemble des Français, soit utilisé à des fins politiques», ajoute-t-elle.

La Ville de Paris «va saisir la Société d'exploitation de la tour Eiffel, en charge de la sécurité dans l'enceinte du monument, en lien étroit avec la préfecture de police, en charge de la sécurité aux abords, afin qu'elle identifie les éventuelles failles et tire au plus vite tous les enseignements de cet incident», ajoute-t-elle.