Présidentielle: La paroisse de Saint-Merry à Paris vote Macron et crée la polémique

RELIGION La paroisse de Saint-Merry (4e arrondissement) a transmis son intention de voter Emmanuel Macron alors que l’église française a juste émis des recommandations…

Camille Anger

— 

Daniel Duigou est un des rares prêtres à fonctionner avec une équipe pastorale pour prendre des décisions: sa paroisse défend Macron (Illustration).
Daniel Duigou est un des rares prêtres à fonctionner avec une équipe pastorale pour prendre des décisions: sa paroisse défend Macron (Illustration). — C.ANGER
  • Le centre pastoral de Saint-Merry est la seule structure d’obédience catholique parisienne à avoir exprimé son intention de vote
  • Cette paroisse est connue pour sa tradition d’accueil et d’ouverture vis-à-vis des personnes homosexuelles, des mal-logés, des migrants

La paroisse de Saint-Merry n’est pas comme les autres. Ce centre pastoral, dans le 4e arrondissement de Paris, s’est distingué de l’Église catholique française en appelant à voter Emmanuel Macron au second tour de la  présidentielle. Cette décision reste avant tout collective, « soumise à un vote entre cinq personnes. C’est la communauté qui a voté et pas seulement le curé », affirme le prêtre Daniel Duigou. Bénévole, Anne fait partie de ce groupe et confirme « une responsabilité partagée entre le prêtre et des laïcs ». Une exception dans la manière de fonctionner au sein d’une paroisse.

>> A lire aussi: Malgré la polémique, l'Eglise ne choisira pas entre Le Pen et Macron (et abstention)

« Trop fort pour garder le silence »

Dans un bar voisin de l’église, Anne discute avec deux amies. Ces dernières viennent « se ressourcer dans l’église Saint-Merry ». « C’est une des paroisses les plus vivantes », déclarent-elles. Toutes trois s’insurgent contre la montée du FN. « Le risque de déni de démocratie ou d’expulsion d’étrangers est trop fort pour garder le silence », soutient Anne, « catholique progressiste ».

Le diocèse de Paris a bien reçu le communiqué du centre pastoral Saint-Merry. Celui-ci ne donne aucune consigne de vote. « Alors même que les évêques de France se sont exprimés bien en amont des élections, en juin et septembre 2016, nombreux sont ceux qui leur reprochaient, alors, de rentrer dans la sphère politique. Aujourd’hui, il leur est reproché de ne pas se positionner dans le cadre du second tour de l’élection présidentielle ! », a rétorqué le diocèse de Paris, lundi.

« Une prise de position politique de la part d’un prêtre, c’est trop personnel »

Connue pour sa tradition d’accueil et d’ouverture vis-à-vis des personnes homosexuelles, des mal-logés, des migrants, cette paroisse située à deux pas du Centre Pompidou a ajouté que sa « prise de position ne cherche pas à contraindre quiconque », rapporte l’AFP. Daniel Duigou comprend la « fonction de l’église ». Lui, est « libre de parler en tant que citoyen » tandis que « l’église doit assurer l’unité ».

L’homme aux cheveux blancs a été journaliste. Susciter l’ouverture à l’autre ou le débat citoyen s’inscrit toujours dans son champ d’action. « La messe n’a de sens que confrontée à l’actualité », déclare le curé de Saint-Merry. « Absent » lors de la messe dimanche, il a toutefois pris part au rendez-vous qui la suit, « la voix du chapitre ». Une quarantaine de fidèles, le jour du premier tour de l’élection présidentielle, ont parlé politique. Selon Anne, membre de l’équipe pastorale, « la prise de position de Saint-Merry a étonné certains pratiquants et soulevé des questions ! »

>> A lire aussi: Que voteront ceux qui se revendiquent catholiques?

Joël, lui, assiste à la messe « après [sa] journée de travail à la RATP » jeudi midi. Pour ce quinquagénaire d’origine guadeloupéenne, « une prise de position politique de la part d’un prêtre, c’est trop personnel ».

Marceau, voisin de l’église, vient certains midis écouter d’une oreille le sermon du prêtre. « Cette paroisse-là me parle plus que les autres, parce qu’elle est plus à gauche, sociale, ouverte à l’accueil de réfugiés et à la communauté homosexuelle. » Cet étudiant de 22 ans salue la prise de position de Saint-Merry. « Cela fait du bien qu’une paroisse s’exprime sur les élections. Il était temps qu’un représentant de l’Église catholique dise quelque chose ! »