VIDEO. Paris: Les anti-IVG mènent une campagne d’affichage sauvage dans le métro, la RATP porte plainte

SOCIETE Des affiches anti-avortement ont été placardées dans la nuit de mardi à mercredi dans le métro parisien. La RATP porte plainte... 

Romain Lescurieux

— 

La RATP ouvre ses données aux autres plateformes
La RATP ouvre ses données aux autres plateformes — A. GELEBART / 20 MINUTES

Dans la nuit de mardi à mercredi, des affiches anti-avortement à l’effigie de différents candidats au premier tour de l’élection présidentielle comme Marine Le Pen, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon ou encore Emmanuel Macron, ont été placées de manière illégale dans les emplacements réservés à la publicité dans les rames du métro parisien.

« Laisse nous la chance de vivre »

Ces « publicités » estampillées du logo « Les Survivants » - un mouvement anti-avortement, proche de la mouvance anti-mariage pour tous - et du « Front foetal » sont accompagnées de ces messages : « Ne ferme pas les frontières de nos vies ! #BREXIVG » à côté du visage de la candidate frontistes. « La France doit être une chance pour tous. Alors laisse nous la chance de vivre. #Enmarchepourlavie », accompagne le portrait d’Emmanuel Macron.

>> Lire aussi. Paris: Les abribus parisiens au coeur d'une guerre entre pros et anti-IVG

« Les communistes ne sont-ils pas censés protéger les plus faibles ? #Lescamaradesembryons », lit-on à côté de la photo de Jean-Luc Mélenchon. "Tu prônes l’égalité de tous les Français, ça commence par l’égalité devant la naissance #laissezbattrenoscoeurs" avec Benoît Hamon. En bas à gauche, il est indiqué : « Nous sommes les 220.000 voix qui nous manquent ». Les usagers n’ont pas hésité à réagir sur les réseaux sociaux.

La RATP porte plainte

De son côté, la RATP se défend d’une quelconque autorisation de diffusion. « Nous avons découvert cela, ce matin. Nous ne connaissons pas encore l’ampleur de cet affichage sauvage », indique à 20 Minutes un porte-parole du groupe, dont « les équipes techniques sont en train d’intervenir pour procéder au retrait intégral des visuels concernés ».

Dans un communiqué, la régie de transports condamne « cet acte malveillant et va porter plainte » contre cette campagne d’affichage sauvage. L’enquête devra en déterminer les circonstances. Contacté, le groupe « Les Survivants » n’a pas donné suite à nos sollicitations.