Sarkozy veut son agglomération

Mickaël Bosredon - ©2008 20 minutes

— 

Il ne laissera pas « ce projet s'enliser » ni « personne le bloquer ». Nicolas Sarkozy a relancé hier l'idée d'un « Grand Paris » pour l'agglomération parisienne. Impulsée par lui en juin dernier, elle vise à créer une structure dans laquelle Paris et une partie de la petite couronne seraient réunis pour mettre en place de grands projets, comme la construction de logements et la création de nouveaux transports.

Le chef de l'Etat a précisé que ce chantier se ferait en concertation avec les élus et les collectivités, et que la réflexion devait « être engagée d'abord sous l'angle de l'urbanisme et de l'architecture », et non celui des institutions. Mais pour Philippe Dallier, sénateur-maire UMP des Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), chargé par l'Observatoire de la décentralisation du Sénat d'un rapport sur le sujet, « au bout du compte, le problème institutionnel se posera. Il faudra bien une structure pour mettre en place les projets. » Roger Karoutchi, président du groupe Majorité présidentielle au conseil régional d'Ile-de-France, abonde : « On a ceux qui sont pour une agglomération, d'autres pour un syndicat. Le Président dit "inversons le sujet et adaptons la structure en fonction du projet que l'on veut créer". »

Jean-Paul Huchon, président PS de la région, raille de son côté un « Nicolas Sarkozy dans la tradition française du Roi-Soleil, et qui veut laisser un grand geste architectural. Cela ne m'impressionne pas. Il aurait plutôt intérêt à dire ce qu'il pense du seul projet métropolitain qui existe à l'heure actuelle, celui du schéma directeur d'Ile-de-France, que nous défendons. » L'élu socialiste estime que la seule ambition du président de la République, derrière cette nouvelle sortie, « c'est de réaliser un strike : faire tomber la Mairie de Paris en mars, puis la région en 2010 ». Pour Roger Karoutchi, cette ambition est seulement de « relancer une région en perte de vitesse par rapport à Londres ou Barcelone ». Un comité interministériel d'aménagement du territoire, prévu à l'automne prochain, devrait permettre d'en savoir plus sur les ambitions présidentielles.